Expériences de classes virtuelles: quelles leçons pouvons-nous en tirer?

Le CEFRIO vient de publier un rapport intitulé La classe virtuelle: quelques leçons tirées de cas du Québec et d’ailleurs (format PDF).   Le document fait état d’expériences menées dans des contextes de formation professionnelle et collégiale technique où des classes virtuelles ont été développées afin de bonifier une offre de formation à distance.  Misant sur des activités synchrones appuyées par l’utilisation de plateformes facilitant la communication, le travail collaboratif et le partage de différents contenus, la classe virtuelle se positionne comme une extension de la salle de classe traditionnelle permettant de rejoindre des clientèles géographiquement dispersées.

Parmi les conditions de succès recensées par les auteurs du rapport, notons les éléments suivants:

  1. définir la formule selon le contexte et les besoins de la clientèle: notamment, en choisissant l’approche pédagogique et les outils à la suite d’une analyse rigoureuse des besoins à combler et en prévoyant les ressources nécessaires pour le développement de la solution retenue.
  2. établir les paramètres de la classe virtuelle: durée des rencontres synchrones, flexibilité des horaires, adaptation des interventions selon la taille et la composition des groupes, encadrement des étudiants.
  3. être prévoyant sur le plan technique: de façon à ce que l’outil soit relégué à l’arrière-plan et qu’il s’intègre harmonieusement aux activités proposées.  Le choix des outils doit d’abord et avant tout se faire en fonction des aspects pédagogiques de la formation.  L’accessibilité doit être maximisée et faire l’objet d’une évaluation préalable à l’implantation, en fonction des coûts, du matériel requis et du soutien technique à prévoir.
  4. favoriser les interactions: la clé du succès, soulevée maintes et maintes fois par la clientèle, n’est pas l’utilisation innovatrice des outils mais plutôt la fréquence et la qualité dans les échanges durant les activités pédagogiques.  La classe virtuelle doit donc offrir un climat propice aux échanges et maintenir une dynamique sociale que les enseignants et les étudiants devront s’approprier tout au long de leur expérience de formation.  Il arrive parfois que l’on doive mettre de côté les outils et se rencontrer en personne pour favoriser ce climat.
  5. favoriser l’engagement des enseignants envers la classe virtuelle: un soutien doit être offert au personnel enseignant qui a besoin d’être accompagné et de prendre un certain temps pour s’approprier les outils: le rôle des conseillers pédagogiques est crucial dans ce contexte.
  6. Adapter les pratiques pédagogiques au contexte virtuel: varier les moyens afin de développer les compétences des étudiants et ancrer la formation dans la pratique de ces derniers est recommandé.

Avec la popularité croissante de formules adoptées par certaines offres de formation dans les facultés, il serait important de retenir ces éléments pour les nouveaux projets voulant emboîter le pas.

Source: CEFRIO, Projets du. Des classes virtuelles pour le développement des compétences de la main-d’œuvre.  2011.

Les liseuses de livres électroniques plus populaires que les tablettes chez les adultes
Enquête 2011 sur l'utilisation des intranets en France

Exprimez-vous !

*