Une étude américaine (2011) sur les programmes de Ph.D. « revampés »

Pour comprendre ce qui s’est passé avec le Ph.D. dans les années 90, l’article « Transformative graduate education programs: an analysis of impact on STEM and non-STEM Ph.D. completion » (de Kniola, Chang, et Olsen – 2011) s’avère une petite mine d’or.

On se souviendra des vocables re-visiting, re-envisioning, revamping, renewing…  dans le titre d’études critiquant les programmes de Ph.D.   Les principaux reproches faits aux programmes de doctorat étaient les suivants :

  • un processus d’intégration inadéquat,
  • un manque de mentorat et de rétroaction au plan professionnel,
  • un « focus » disproportionné sur la recherche au détriment de l’enseignement et du service à la communauté,
  • une emphase sur des valeurs académiques élitistes qui ne correspondent pas aux réalités du monde de l’éducation du 21e siècle
  • un refus tacite de traiter des enjeux reliés à la conciliation études, travail, famille,
  • le conflit entre les « chapeaux » que portent les étudiants : celui d’employés soutenus par des fonds de recherche et celui d’étudiants en formation;
  • une mauvaise préparation au fait que la recherche se mondialise et qu’elle est de plus en plus interdisciplinaire,
  • une absence de préparation des carrières autres qu’universitaire.

Ces études ont conduit à plusieurs initiatives, regroupées aujourd’hui sous l’expression Transformative Graduate Education Programs (TGP) :

  • NSF Integrative Graduate Education and Research Training (IGERT),
  • Preparing Future Faculty (PFF),
  • Woodrow Wilson Foundation’s Responsive PhD,
  • Council of Graduate School’s (CGS) PhD Completion Project,
  • NSF Advance,
  • National Institute of Health’s Graduate Partnerships Program

L’étude cherchait à savoir si la présence de doctorats « revampés » avait eu un effet positif sur le taux de diplomation au doctorat.   La méthodologie employée pour mesurer cet effet est décrite en détail dans l’article, tout comme ses limites,  lesquelles font, au total, qu’il n’est pas vraiment possible de répondre à la question de départ.

Mais, pour qui veut comprendre ce qui s’est passé avec le Ph.D. dans les années 90, l’article est super.  L’étude du CNCS-FEUQ sur la formation doctorale (2008) est également un « must » sur cette question.

Sources :

Kniola, D., Chang, M.et Olsen, D., « Transformative graduate education programs: an analysis of impact on STEM and non-STEM Ph.D. completion », The Internationl Journal of Higher Education Research, 9 juin 2011.

CNCS-FEUQ,  Le doctorat en question.  Portrait statistique, formation, encadrement, qualité, 2008.  Document disponible auprès de l’organisme.

Médias sociaux en enseignement : en l'absence de balises la méfiance reste forte...
EGO : Une plate-forme pour évaluer de façon concertée les attitudes des étudiants (colloque AQPC)

Exprimez-vous !

*