Une étude sur les tendances en FAD produit un modèle administratif

Le professeur Daniel P. Compora de l’Université de Toledo en Ohio publiait en 2003 une étude sur la FAD dans les universités de l’Ohio : « Current trends in distance education : an administrative model », Online journal of distance learning administration, Vol VI, summer 2003. Il en a tiré 12 conclusions qui l’ont mené à proposer un modèle de gestion de la FAD universitaire en 9 dimensions. Voici un résumé de ce qu’il propose aux administrateurs d’universités pour soutenir la FAD :

  1. Évaluation des besoins (Assessment) : une évaluation formelle ou informelle doit être menée pour s’assurer que les besoins des étudiants trouvent réponse. Cela implique d’identifier correctement les besoins des étudiants, puis d’évaluer de quelle façon l’université y répond. On propose des sondages périodiques.
  2. Budget : pour assurer le succès d’un programme à distance, il doit être financé annuellement. C’est le cas des programmes les plus développés dans l’étude. Les programmes les plus faibles sont ceux n’ayant bénéficié que de fonds de démarrage ou de subventions à échéance fixe. L’argent sert à fournir la formation, le soutien, les technologies (logiciels et matériels du personnel) et dans certains cas le corps professoral.
  3. Coordination : les programmes en FAD doivent coordonner leurs efforts avec plusieurs autres unités, tels que les départements et facultés, les librairies et bibliothèques, les centres où auront lieu les examens sous surveillance, etc. Il est capital de clarifier qui est responsable de coordonner chacun des aspects du programme pour s’assurer que les étudiants à distance reçoivent le meilleur accès possible aux ressources et à la formation.
  4. Méthodes de livraison de la formation (delivery methods) : L’institution doit déterminer quelles méthodes (web synchrone, web asynchrone, apprentissage basé sur des manuels ou sur des vidéos, etc) sont les meilleures pour elle et pour ses étudiants. Ces méthodes devraient être choisies en fonction de l’évaluation des besoins (dimension #1).Quelques questions à considérer :
    • Quelles méthodes génèrent le plus d’inscriptions?
    • Lesquelles sont les plus efficaces, efficientes?
    • Lesquelles semblent préférer le corps professoral et les étudiants?
    • Lesquelles sont les plus pertinentes au regard des connaissances à acquérir?
  5. Évaluation des cours (evaluation) : On s’appuie principalement sur un sondage unique auprès des étudiants, en fin de session, comme seule manière d’évaluer les cours. C’est le strict minimum. Les évaluations de cours en ligne devraient être spécifiquement développées pour celles-ci plutôt que d’utiliser les mêmes que pour les cours en classe [Note : voir mon billet précédent sur le processus exemplaire d’évaluation des cours à la TÉLUQ]. Il devrait y avoir à la fois de l’évaluation formative sur la façon dont le cours s’est déroulé et de l’évaluation sommative sur l’efficacité du cours globalement. En s’appuyant sur ces évaluation, la formation devrait être continuellement révisée, améliorée.
  6. Implication et formation du corps professoral (faculty involvement and training) : Pour bien répondre aux besoins des étudiants, un programme en FAD devrait impliquer le corps professoral à toutes les étapes du processus et s’assurer qu’ils reçoivent la formation pertinente. Ils doivent pouvoir participer de façon bien informée aux décisions suivantes, mais même ceux n’ayant pas d’expérience de FAD peuvent contribuer grâce à leurs expertises disciplinaires et leur connaissance de l’institution et de ses programmes. Par contre, un système de formation et de soutien pour ceux qui s’impliqueront éventuellement plus directement en FAD est nécessaire.
    • Le contenu qui sera couvert
    • Les objectifs de programme et de cours
    • La façon la plus appropriée de transmettre le matériel de cours
    • Les types de travaux qui seront exigés
    • Comment les examens seront passés [NDLR : ou même si l’examen sera une forme retenue d’évaluation des apprentissages]
    • Quels manuels et autres matériels seront requis
    • Quel système de notation sera employé
      • On cite Clay (1999) sur l’importance de la formation : (traduction libre) Il n’y a vraisemblablement pas de sujet plus important pour les gestionnaires de FAD que celui de la formation et du soutien des formateurs à distance. Plusieurs formateurs ont atteint un niveau de compréhension et d’expérience où ils sont très confiants en leur capacité à livrer un enseignement de qualité. Quand ils font face à l’adoption de techniques qui semblent contraindre leur capacités à interagir immédiatement avec les étudiants et qui exige l’utilisation de nouvelles technologies, ils ont une crainte bien compréhensible que la qualité de la formation qu’ils livreront, ainsi que la crainte que leurs évaluations en souffriront.
      • En conséquence, un programme de formation à l’intention des formateurs en FAD leur donnera l’occasion de se former dans au moins quatre des aspects suivants :
        • sessions de groupes
        • laboratoires un à un
        • [conception de] tutoriels web
        • [conception de] matériel imprimé
        • listes de distributions [Note : en 2011, on devrait plutôt parler de forums de discussions]
        • mentorat [Note : voire compagnonnage cognitif]
        • discussions mensuelles entre pairs
        • observation d’autres cours à distance
        • [Note : je trouve cette liste très incomplète, surtout au regard des développements technopédagogiques des dix dernières années]
  7. Produire un énoncé de mission : La FAD doit avoir son propre énoncé de mission. Les changements de personnel et de technologies peuvent mener les gens à perdre de vue la mission du programme de FAD. L’énoncé de mission spécifique sert à assurer qu’à long terme, la FAD continuera de répondre aux besoins des étudiants tout en restant ouvert aux progrès technologiques. C’est même essentiel au développement d’un plan stratégique en FAD : il réduit le risque de conflits internes ou d’incohérences et il est la base sur laquelle les stratégies et les plans d’actions se développent.
  8. Système hiérarchique d’approbation : Pour assurer que les contenus et objectifs de cours répondent aux besoin de la clientèle à distance, et que les budgets et les charges de travail ne deviennent pas des problèmes, on suggère d’implanter une procédure hiérarchique d’approbation. Sans critères d’approbation, divers problèmes sont possibles : des cours peu compatibles avec les technologies utilisées, des cours offerts sans personne qualifiée pour les donner, etc. On constate souvent que les cours à distance sont offerts en fonction de la volonté de s’impliquer en FAD et non en fonction de l’expertise [Rappel : l’article date de 2001 et s’appuie sur les université de l’Ohio]. Les doyens et directeurs de départements devraient donc approuver l’affectation du corps professoral et la sélection de cours en FAD, car ce ne sont pas tous les cours, ni tous les professeurs qui sont de bons candidats pour la FAD. Un système d’approbation formel minimisera les risques de mauvaises décisions quant à la sélection de cours et d’enseignants à distance.
  9. Implantation d’un système de soutien : le succès de la FAD dépend d’un système de soutien tant pour les corps professoral que pour les étudiants. Pour les enseignants, cela inclut l’aide à la conception et au développement des cours, des programmes et du matériel de formation (imprimé, web, multimédia, audiovisuel, etc). Cela inclut aussi le soutien technique et didactique de la FAD. De même, les établissements ne peuvent pas abandonner l’étudiant distant! On ne peut pas tenir pour acquis que l’étudiant possède d’emblée toutes les habiletés nécessaires pour bien fonctionner dans une classe virtuelle, synchrone ou asynchrone. On doit donc lui offrir des ressources, dont les meilleures sont les centres de soutien téléphoniques, les cahiers étudiants bien structurés, évalués et révisés, de même que du tutorat technique.

En conclusion, l’auteur explique que son modèle est un guide que chaque institution doit adapter à ses besoins et circonstances particulières. Il revient sur la formation du corps professoral, qui l’aidera à délaisser le paradigme traditionnel de la salle de classe et à adopter le concept de FAD. Il mentionne aussi que les institutions doivent adopter des méthodes variées pour la livraison de la FAD (i.e. les technologies utilisées pour les cours en FAD). Si un certain degré de spécialisation est normal quant aux technologies utilisées, il faut éviter le piège de faire la FAD en fonction de la technologie que l’on connait, plutôt que d’adopter les technologies les plus pertinentes aux programmes que l’on veut développer en FAD. Il est important que les programmes soient ouverts à de multiples méthodes de livraison pour réaliser le meilleur arrimage entre contenus, activités et systèmes d’apprentissages.

Livre blanc de l’Université de Genève sur la relation éthique et plagiat dans les travaux étudiants
La Poly tient une journée de l'enseignement

Exprimez-vous !

*