Des techniques de rédaction pour éviter d’être plagié

En général, on donne des trucs pour rédiger tout en reconnaissant ses sources et on livre une lutte sans merci aux plagieurs.  Or voici que Jonathan Bailey (fondateur du blogue Plagiarism Today) présente dans une dépêche datée du 28 avril cinq techniques qui pourraient rendre le plagiat difficile.  Cette dépêche, intitulée « 5 Writing Techniques That Can Prevent  Plagiarism« ,  est à l’intention des rédacteurs en ligne, qui disposent de peu, voire d’aucun moyen, d’empêcher leur travail d’être plagié.  Prenons le cas d’une bloggeuse.

  1. Dans votre dépêche, mettez un hyperlien vers une autre de vos dépêches sur votre site, du genre Dans une de mes dépêches antérieures (hyperlien).  Cette technique aurait pour avantage a) d’éviter au procédé automatique qu’utilisent certains sites pour « racler »  des contenus d’autres sites et b) d’obliger le plagieur à soit enlever le bout de texte qui comprend l’hyperlien, soit à le plagier…  Et si ce 2e texte comprend également un hyperlien, l’effet de dissuasion est atteint.
  2. Personnalisez votre texte en y incorporant des informations sur vous, sur vos expériences professionnelles…  Il devient alors très difficile de le copier tel quel.
  3. Choisissez votre public ou le ton sur lequel vous écrivez.  IL semblerait que les textes qui s’adressent aux jeunes soient plus plagiés que ceux destinés aux adultes ou à un public très scolarisé.  Une technique qui n’est pas évidente…
  4. Rédigez de longs textes (plus de 800 mots).  Les textes longs semblent moins plaire aux plagieurs parce qu’il leur faudrait lire beaucoup (ce qui leur déplaît) pour trouver quelque chose à plagier.
  5. Développez un style unique, qui sera facilement reconnaissable.  C’est probablement la technique la plus difficile à maîtriser, mais c’est également la plus efficace.

Quelles techniques utilisons-nous, nous les blogeurs et blogeuses de L’éveilleur?

Interne : Une technopédagogue qui vulgarise la pédagogie sur YouTube
L'investissement dans les TI en éducation: une croissance timide

Exprimez-vous !

*