Pas d’ordis en classe OU pas de classes avec ordis

En parallèle avec le débat qui émane de l’UQAC et dont nous avons déjà parlé sur la légitimité ou non d’interdire les portables en classe, Éric Talbot me signale un article dans Ars Technica où l’on apprend que l’Université de Virginie démantèlera ses laboratoires informatiques parce que la presque totalité de leurs étudiants possèdent leurs propres portables.  Est-ce que l’UdeS en arrivera à un débat similaire?

Je dois mentionner que Dominic Pinard m’avait déjà fait part d’une présentation que Citrix Metaframe avait faite au GISTIC (Groupe des intervenants spécialisés en TIC à l’UdeS) et où l’on démontrait des outils facilitant la mise sur pied de serveurs dont les étudiants utiliseraient les applications en réseau (par exemple, des logiciels dispendieux pour lesquels l’institution aurait des licences).  Les solutions existent, mais la volonté y sera-t-elle?  Imaginez ces espaces de labos récupérés!  Quoique l’article est réaliste quant à cette perspective:

« The change also doesn’t mean that the university gets to reclaim all that physical space from the labs. As the university’s explanatory document notes, « ITC understands that students need collaborative space where they can bring their laptops and mobile devices to conduct group work, especially as the curriculum becomes increasingly team- and project-based. »

Dessiner durant un cours augmente la concentration chez les étudiants...
Zut! Un autre de manqué...

Commentaires

  1. L’interdiction des portables en classe, bien honnêtement, me semble plutôt un signe d’un enseignant qui ne sait pas trop comment gérer sa classe. Pour ma part, étant un grand « fan » de l’utilisation de logiciels facilitant la prise de notes, je résisterais fortement à l’interdiction.

  2. echamberland a écrit:

    Il y aura toujours des exceptions, comme des logiciels de montage vidéo par exemple. Mais il y a aussi des solutions de plus en plus riches pour mieux intégrer les portables des étudiants. Par exemple, à la dernière réunion du GISTIC, nous avons eu une démonstration d’un pilote pour permettre aux étudiants d’imprimer à partir de leur ordinateur portatif sur des imprimantes réseau de l’université, tout en facturant les impressions avec le système habituel. Ça demande quelques raffinements avant d’être prêt à déployer, mais c’est très prometteur.

Exprimez-vous !

*