Étude européenne sur la formation professionnelle : jeux sérieux et formations terrain se démarquent

Selon une étude de l’Observatoire Cegos menée dans plusieurs pays d’Europe en janvier et février dernier (« …Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne et Italie. 2542 salariés ont été interrogés, environ 500 par pays, parmi lesquels 48 % d’ouvriers et employés, 15 % de techniciens et agents de maîtrise, 20 % de professions intermédiaires, et 17 % de cadres et  ingénieurs »), la formation mixte incluant des jeux sérieux ou du m-learning est en nette progression en France et ailleurs (notamment en Italie pour les jeux sérieux…). 

« 45% des personnes interrogées et ayant suivi une formation à distance ont eu recours à un Serious game. C’est soit trois fois plus qu’en 2010. Quant au Mobile Learning, il a concerné 39 % des salariés, soit près de quatre fois plus que l’année précédente. »

Voilà pour la formation offerte par les employeurs aux employés.  Cependant, à tout prendre, ces derniers préféreraient de la formation sur le terrain (83 %), idéalement accompagnée par un coach (38 %) ou un collègue (14 %).

Le jeu sérieux peut-il combler ce besoin d’une formation proche de la pratique ?  Y’a-t-il moyen d’imaginer des modalités d’accompagnement à distance moins couteuse que le suivi par un coach?

Former à l'intelligence collective ?
Jeux en apprentissage : de l'optimisme de Jane McGonigal au scepticisme de Jean-François Lisée

Exprimez-vous !

*