Skype devient un outil collaboratif pour l’enseignement

Dans un article du 3 avril 2011 dans Thot Cursus, Alexandre Roberge décrit très bien les nouvelles fonctionnalités du logiciel de communication Skype qui devient de plus en plus un outil intéressant à considérer pour de la collaboration en enseignement. Son article intitulé « Skype, nouvel allié des enseignants » met en lumière l’option Skype in the classroom qui donne accès à de la collaboration sur projets, de la communication entre enseignants et du partage de documents pédagogiques.

Skype est une application de communication synchrone qui est actuellement utilisée par des centaines de millions de personnes de par le monde. « Pour stimuler son utilisation dans un cadre éducatif, Skype offre depuis la fin mars 2011 un service de mise en relation d’enseignants et de classes partout dans le monde. Skype in the classroom se veut un point de rencontre international pour les enseignants des Amériques, d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. »

alternative text

Dans le but soit de communiquer, de collaborer ou encore de partager ou de s’inspirer, Skype in the classroom peut être donc utilisé de trois façons différentes.

« Collaboration sur projets. Les enseignants se contactent pour partager leur expertise pédagogique, qu’ils usent de la téléconférence ou non. Ainsi, sous l’onglet « Projects », on trouve des centaines de projets (près de 300 à la date du 4 avril 2011) dans différentes langues, pour différents groupes d’âge, niveaux de scolarité, dans de nombreuses disciplines. Certains ne partagent que des liens vers des activités pédagogiques intéressantes, d’autres sont plutôt en développement de projets collaboratifs. Plusieurs enseignants cherchent des correspondants pour discuter en français (langue seconde) avec leurs propres élèves. »

« Communication entre enseignants. Plus de 8 500 enseignants sont déjà inscrits (gratuitement, à partir d’un simple compte Skype personnel) au service Skype in the classroom. Tout inscrit a accès aux fiches de tous les enseignants et peut ainsi contacter des collègues pour des discussions professionnelles. Ce qui peut marquer le début d’une collaboration plus suivie. »

« Partage de documents pédagogiques. Les membres peuvent déposer des vidéos, des liens, des documents personnels et voter pour ceux qu’ils préfèrent. De cette manière, ils constitueront une bibliothèque pédagogique mutualisée, accessible gratuitement partout dans le monde. L’espace de dépôt compte déjà près de 400 documents. Conseils, idées, retours sur expériences, on retrouve de tout cela et encore plus sur le site. »

« La représentante de Skype, Jacqueline Botterill, affirmait à Mashable que Skype voulait, avec cette initiative, éviter que les enseignants ne s’éparpillent sur différentes plateformes sans jamais pouvoir se rencontrer et échanger. Et il semble que ça marche. Le service est encore jeune et il faudra voir s’il résistera à l’épreuve du temps. Mais associé à un outil déjà très connu, simple et gratuit, accessible partout dans le monde, on peut lui prévoir de beaux jours devant lui. »

Selon Liliane Nguyen, « [l]es enseignants vont d’abord créer des profils pour décrire leurs classes et les cours. Une fois qu’ils ont un listing, ils peuvent utiliser l’annuaire pour localiser les enseignants et les cours donnés, ou des classes similaires et communiquer avec eux. Cela permet aux enseignants d’apprendre les uns des autres, et même pour coordonner des projets spéciaux entre les classes, les différentes écoles, et mêmes des pays sur internet. Skype in the Classroom donne aux enseignants une façon de rester en contact avec des seniors plus expérimentés qui ont des trucs à transmettre à la nouvelle génération d’enseignants qui débutent. »

Source : ROBERGE, Alexandre. « Skype, nouvel allié des enseignants », dans Thot Cursus publié le 3 avril 2011.

Génération Y : mythe contextuel ou réalité?
Interne : Nouvelle politique de valorisation de l’enseignement à l’Université Laval

Exprimez-vous !

*