La France innove avec son B2i: un brevet attestant les compétences en informatique et avec Internet

En 2001, le ministère de l’Éducation nationale a déposé la marque B2i – Brevet informatique et internet afin d’attester le niveau de maîtrise de l’informatique et de l’Internet des élèves français.

Ainsi, il a été décidé que « pour assurer l’égalité des chances, l’Éducation nationale doit dispenser à chaque futur citoyen la formation aux utilisations des technologies de l’information et de la communication qui lui permettra :

  • d’en faire une utilisation raisonnée
  • de percevoir les possibilités et les limites des traitements informatisés,
  • de faire preuve d’esprit critique face aux résultats de ces traitements,
  • d’identifier les contraintes juridiques et sociales dans lesquelles s’inscrivent ces utilisations. »

On souhaite vérifier cinq éléments de compétence :

  • savoir s’approprier un environnement informatique de travail;
  • être capable d’adopter une attitude responsable;
  • pouvoir créer, produire, traiter, exploiter des données;
  • savoir s’informer, se documenter;
  • être capable de communiquer, d’échanger.

Pour y arriver, les élèves, de l’enseignement primaire au lycée et aux CFA, gérés par les EPLE (établissements publics locaux d’enseignement), doivent passer à travers toute une série d’apprentissages s’échelonnant tout au long de leur cheminement scolaire. « Pour chaque niveau d’enseignement, les enseignants se répartissent les compétences de la feuille de position à développer et valider. »

Pour l’instant, l’application reste partielle, comme en témoigne un bilan datant de 2008.

  • À l’école primaire, le B2i est intégré aux programmes depuis 2002. Toutefois, toutes les écoles ne le mettent pas encore en œuvre. En juin 2008, un peu moins de 30 % des élèves sortants de CM2 ont obtenu le B2i.
  • Au collège, la décision de rendre le B2i obligatoire pour l’obtention du Brevet s’est traduite par l’implication de la quasi-totalité des collèges dans sa mise en œuvre.
  • Au lycée, en juin 2008, autour de 10 % des élèves de terminale ont obtenu le B2i lycée ; seulement 5 % des enseignants de lycées ont été impliqués dans sa mise en œuvre.
  • Au lycée professionnel, autour de 5 % des élèves de terminale de LP ont obtenu le B2i lycée ; un plus de 10 % des enseignants ont été impliqués dans sa mise en œuvre.

Cette reconnaissance officielle octroyée aux élèves paraît fort intéressante, car dès leur primaire, en plus d’apprivoiser les TIC et les divers logiciels pertinents à leurs apprentissages, ils sont appelés à développer des compétences informationnelles qui leur seront utiles leur vie durant et ils sont sensibilisés à une éthique de l’informatique.

Voici une initiative dont le MELS pourrait s’inspirer.

Source : « Le B2i, une attestation de compétences « informatique et internet » pour les élèves », Educnet, article publié le 24 juin 2008.

Un premier programme international collégial au Collège F.-X.-Garneau
Sciencepublique.ca : pour mettre en valeur la science publique comme bien collectif au Canada

Exprimez-vous !

*