« Êtes-vous un étudiant Web 2.0 ? » Résultats d’un sondage mené auprès d’étudiants de la TÉLUQ

« Sous la direction, l’analyse et la rédaction de Caroll-Ann Keating, spécialiste en sciences de l’éducation (et présidente du REFAD), les résultats de ce sondage sont maintenant disponibles à http://www.teluq.uqam.ca/siteweb/docs/resultats_web2.pdf. Réalisé auprès de 849 étudiantes et étudiants inscrits au trimestre d’hiver 2010, ce sondage fait partie d’une recherche que poursuivent actuellement la TÉLUQ, l’Université de Montréal, l’Université Athabasca et le Cégep @ distance sur la persévérance aux études et l’utilisation des logiciels sociaux.

L’équipe cherchait plus précisément, à l’aide de ce sondage, à connaître les habiletés et l’intérêt des étudiantes et des étudiants à se servir des logiciels sociaux du Web 2.0 pour apprendre dans les cours, de même que leurs préférences en matière d’apprentissage.

Les résultats obtenus permettent notamment de répondre aux questions suivantes :
– Existe-il un profil « étudiant Web 2.0 » ? Qui en fait partie ?
– Quels sont, parmi les 11 logiciels sondés, ceux dont les répondants se servent le plus et qu’ils sont le plus intéressés à utiliser dans les cours ?
– Qui sont les répondants souhaitant davantage collaborer avec leurs pairs ?
– Y a-t-il des différences marquées quant aux réponses fournies entre les hommes et les femmes ? entre les groupes d’âge ? entre les cycles d’études ?

Une définition des 11 logiciels sondés accompagne également les résultats du sondage. »

En bref, voici les principaux faits saillants :

– L’accès des étudiants aux logiciels sociaux du web 2.0 est très élevé.
– Les résultats démontrent l’émergence d’un profil « étudiant Web 2.0 ».
– L’intérêt à utiliser les logiciels sociaux pour apprendre varie d’un logiciel à l’autre.
– L’intérêt à utiliser les logiciels sociaux pour apprendre dépasse l’expérience d’utilisation.
– L’intérêt à utiliser les logiciels sociaux est plus élevé que l’intérêt à collaborer avec les autres étudiants.
– Certains répondants montrent une préférence plus grande pour l’apprentissage en collaboration.
– L’intérêt pour la communication synchrone ressort.
– Les hommes se démarquent par rapport aux femmes.
– Certains groupes d’âge se distinguent.
– Les différences sont très peu marquées entre les cycles d’études.

Source : Thot Cursus.

Schéma représentant les trois types de plagiat
Academically Adrift – Une publication qui continue à faire jaser

Exprimez-vous !

*