Définissez “externe” dans examinateur externe

Le 12 octobre 2010, dans Affaires Universitaires, Yves Laberge signait un article intitulé Est-ce que votre examinateur externe est vraiment «externe » ?  Doit-on redéfinir le rôle et le statut de l’examinateur externe ?  Les universités exigent qu’un jury de thèse comprenne un examinateur externe afin d’obtenir un avis « neutre » d’un expert totalement étranger au projet de recherche sur le mérite de la thèse d’un étudiant. En fait, depuis les débuts, on comprend externe comme externe à l’institution d’où provient la thèse à évaluer.

C’est le cas à l’Université de Sherbrooke, on peut lire dans le Règlement des études, à l’article 4.3.7.6, alinéa d) Évaluation : L’évaluation de la thèse est faite par un jury d’au moins quatre membres : une personne associée à la direction ou à la codirection de la recherche et trois personnes nommées par la faculté dont une provenant de l’extérieur de l’Université

Mais, comme le note l’article,

…Avec l’avènement des réseaux, de l’Internet, des équipes de recherche conjointes dont les membres sont répartis dans divers établissements, au-delà des provinces et des frontières, les universités ont aboli les distances. Le recours aux démarches interdisciplinaires, la mondialisation, les échanges et les stages à l’étranger sont encouragés et bénéfiques; ce sont autant d’occasions de multiplier les partenariats outre-frontières. Parfois, un professeur d’une autre université à l’autre bout du pays peut être plus familier avec le sujet de recherche du candidat que n’importe quel professeur du même département, qui serait pourtant considéré à juste titre comme un « interne » sur un éventuel jury de thèse.   

L’article expose certaines situations qui ont cours aujourd’hui et qui soulèvent des questions troublantes et il se termine par une prise de position très claire :

Il n’en reste pas moins que, peu importe sa compétence, un chercheur œuvrant sur le même projet de recherche dans un autre établissement ne devrait en aucun cas être considéré comme un « examinateur externe » pour la thèse d’un collègue faisant partie de la même équipe. Afin d’assurer la validité d’une thèse et la valeur du diplôme de doctorat, les doctorants devraient comparaître devant un jury sans complaisance qui ne soit pas gagné d’avance.

Une collègue a fait circuler cet article au sein de sa faculté, ce qui a eu pour effet de créer beaucoup de bruit, car la question est d’actualité.

Rapport 2010 de l'OCDE : état des profonds changements vécus en éducation
Interne : À l'École Polytechnique, un nouveau microprogramme en entrepreneurship technologique

Exprimez-vous !

*