Payant de faire des études universitaires

CIRANO (Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations) vient de publier une étude intitulée Le rendement privé et social des études postsecondaires au Québec : Estimations reposant sur le Recensement de 2006 (Montréal, novembre 2010. 39 pages).

Comme l’écrivait Lisa-Marie Gervais, du Devoir, dans son article publié le 1er décembre 2010  (Étude du CIRANO – Rentable, l’université), « le taux de rendement d’un individu pour un baccalauréat serait de 16 % pour les hommes et de 20 % pour les femmes, et moindre pour le doctorat et la maîtrise. Et si les droits de scolarité étaient fixés au niveau de la moyenne canadienne, le rendement baisserait à peine, soit à 14 % pour les hommes et à 17 % pour les femmes. »  Malheureusement, le reste de cet article n’est accessible qu’aux abonnés.

Pour bien comprendre ces chiffres, il faut savoir que « [l]e taux de rendement est celui qui permet d’égaliser la valeur actualisée du défférentiel salarial net d’impôt entre deux niveaux d’études et le coût des études du niveau supérieur. »

Voici les sous-titres du sommaire exécutif:

  • Des taux de rendements considérables
  • Des taux de rendements public importants, mais moindre que les taux privés
  • Un rendement privé et social différent entre les domaines d’études (élevé dans les deux types de rendement pour Génie)
  • Des rendements robustes à différentes modifications possibles (résultats de tests de sensibilité à l’augmentation des frais de scolarité ou à des frais de soclairtés différencié selon les domaines d’études)

Un document fort intéressant pour les administratrices et administrateurs des établissements universitaires à la recherche d’arguments pour le recrutement ou le financement.

Interne : L'UQTR ouvrira un campus à Drummondville
Interne : Des nouveaux programmes pour répondre aux préoccupations du milieu scolaire et de la santé

Exprimez-vous !

*