Plus de persévérance et de diplomation chez les étudiants issus de familles immigrantes

Le journal Le Droit d’Ottawa a publié le 14 novembre 2010 une étude menée par des chercheurs à l’Université d’Ottawa soulignant que les étudiants universitaires issus de familles immigrantes au Canada persévèrent trois fois plus dans leur formation que les étudiants canadiens. En effet, ils n’abandonneraient leur formation qu’à 3,8 % contre 9,6 % pour les autres étudiants.

Un des facteurs clés de la persévérance à l’université des étudiants de familles immigrantes est l’importance qu’accordent leurs parents à leur réussite scolaire, bien que les étudiants eux-mêmes ne présentent pas de différences d’attitude en soi. Le coordonnateur de la recherche et professeur d’économie à l’Université d’Ottawa, Ross Finnie, indique que « [p]rès de 90 % des parents immigrants seraient « très déçus » de voir son enfant abandonner ses études universitaires, contre environ 75 % pour les parents d’élèves nés au Canada et ne faisant pas partie de minorités visibles ».  De plus, ces étudiants obtiennent de mielleurs résultats, ce qui est probablement attribuable au fait qu’ils consacrent en moyenne trois heures de plus par semaine à leurs études que leurs vis-à-vis canadiens.

Autre fait intéressant de l’étude : les étudiants de familles immigrantes ont moins épargné que les autres pour effectuer leurs études. C’est pourquoi ils restent souvent un certain nombre d’années de plus chez leurs parents, même après avoir obtenu leur diplôme, afin de payer plus rapidement leurs dettes d’études.

On a également observé qu’ils développent un moindre sentiment d’appartenance par rapport à leur institution. Il est à prévoir que les universités auront à travailler davantage pour créer une filiation de ces étudiants envers leur alma mater.

L’étude a porté sur 12 000 étudiants suivis pendant trois ans.

Source : ST-PIERRE, Guillaume. « Les immigrants, de meilleurs élèves universitaires », dans Le Droit (Ottawa), le dimanche 14 novembre 2010.

Interne : L’UQAC ouvre un bureau à Paris
Interne : Des doctorats pour quelle carrière?

Exprimez-vous !

*