Du poste informatique fixe à un poste de travail pour portable

À lire l’article paru dans Au fil des événements de l’Université Laval du 4 novembre 2010, on constate que les responsables la Bibliothèque des sciences humaines et sociales perçoivent comme nous, à l’Université de Sherbrooke, que l’ère du poste informatique fixe laisse tranquillement, mais assurément, sa place au profit d’un poste de travail pour un ordinateur portable personnel.

En effet, les étudiants sont de plus en plus généralement munis de leur propre équipement et la seule chose qu’ils recherchent est une place pour s’asseoir et possiblement se brancher pour compenser leur pile. Ainsi à Laval, «  la Bibliothèque des sciences humaines et sociales a procédé, en partenariat avec le Secteur santé et sécurité du travail, à l’implantation de 78 nouveaux postes de travail électrifiés dans le secteur Ouvrages de référence, au 1er étage. Cet investissement de 6 600 $ a permis de repenser l’espace et de créer une zone de travail sécuritaire adaptée aux besoins des usagers qui travaillent sur des ordinateurs portables personnels. Réalisé par le Service des immeubles, ce projet-pilote permettra également d’évaluer la possibilité d’ajouter des espaces supplémentaires aux étages supérieurs. » La tendance se généralise donc et coûte certes beaucoup moins cher que des installations informatiques conventionnelles.

Source : 78 nouveaux espaces de travail «branchés», Au fil des événements, 4 novembre 2010, vol. 46, no 9.

iTunes et la distribution de livres numériques interactifs: Oxford, Rice et Open U emboîtent le pas
Interne : L’Université Laval délocalise son baccalauréat en sciences infirmières

Exprimez-vous !

*