Cycles supérieurs Pédagogique

Passer le volant

Par

J’aime bien quand tout fonctionne à mon goût. Ce qui me fait souvent opter pour le rôle de capitaine dans une formation. Mais il arrive que certaines mers nécessitent que l’on cède la barre et la boussole à nos seconds officiers. Vous savez, ces personnes étudiantes que l’on prend trop souvent pour des passagers sans expérience? Il s’avère qu’elles font partie de l’équipage.

Si comme moi, vous éprouvez un petit pincement au cœur avant d’aborder une méthode d’apprentissage actif – comme celle basée sur la découverte – peut-être que les quelques savoirs-être que nous propose Amy Mulnix, pourraient vous aider à passer le volant! – Je remercie mon collègue Jean-Sébastien Dubé pour ce tuyau! –

D’abord, un rappel…
L’apprentissage basé sur la découverte (ABD) remonte aux années 1960 à partir de travaux de chercheurs en éducation qui avancent qu’avec cette méthode pédagogique active, les personnes apprenantes développent des habiletés telles que l’analyse, la recherche d’information, la collaboration et la résolution de problème. Le rôle de la personne enseignante dans ce type de méthode pédagogique en est un de facilitateur bienveillant, qui doit démontrer un savant mélange de présence et de recul.

L’humilité avant tout!
L’ABD peut rapidement nous donner l’impression de perdre le contrôle du savoir dans une classe. Il n’est pas rare que nos personnes étudiantes nous confrontent alors avec des découvertes qui le sont tout autant pour nous, ou à l’inverse, que leur progression tarde à se faire sentir ou même qu’une affirmation a toutes les apparences d’une fausse piste. À chaque fois, notre humilité s’en trouve grandement sollicitée. Il faut laisser de côté notre chapeau de personne experte pour prendre une posture d’observateur patient, voire de naïf intelligent, et laisser libre cours aux avancées par à-coups des sentiers inconnus de la découverte.

Tolérer l’incertitude
De nombreux imprévus risquent de se pointer sur les chemins incertains de l’ABD. Chaque personne étudiante, au volant de son projet, éprouvera sans doute l’ivresse de la liberté académique du chercheur. Au fil de ses découvertes, il se peut qu’un équipement ou une collaboration nécessaire à la continuité du projet ne soit pas disponible. Il est presqu’inévitable que plusieurs étudiantes et étudiants, faces à de multiples imprévus, vous interpellent – vous êtes toujours la personne enseignante après tout ! Il faudra sans doute mettre de côté votre perfectionnisme et concentrer vos efforts sur le processus plus que sur les résultats. N’hésitez pas à faire en sorte que les personnes étudiantes développent leur propre plan de travail et qu’elles vous le partagent.

Vouloir faire équipe
On comprend vite que, pour qu’une ABD soit plus agréable pour tout le monde, l’union fait la force. Il faut alors prévoir se faire des complices (bibliothécaire, auxiliaire d’enseignement, collègue) afin d’alléger votre tâche et mettre l’accent sur l’apprentissage plus que sur la gestion des imprévus. Une collaboration avec des personnes enseignantes d’autres facultés peut aussi s’avérer nécessaire. Vos personnes étudiantes pourraient alors bénéficier d’une démonstration ou d’une mini-conférence permettant d’approfondir un sujet ou de comprendre une approche. Il est permis aussi de penser qu’une collaboration élargie s’installe et que des échanges de bons procédés, voire des démarches de co-enseignement, voient le jour.

L’encouragement digne du cheerleader
Sans tomber dans la démonstration d’affection colorée et tonitruante des cheerleaders du monde du sport, vous aurez tout de même à prévoir de fréquentes expressions de reconnaissance pour motiver les troupes, de célébration des petites et grandes victoires, ou du simple rappel que vous êtes avec eux. Si l’ABD vous donne quelque peu le vertige, il l’est tout autant pour la personne étudiante. Votre cheerleading revêt alors une grande signification à ses yeux. Employez des commentaires du genre : “Bien vu avec ta stratégie pour ramener le sujet sur quelque chose de plus simple!” ou “C’est un défi commun à plusieurs débutants, que prévois-tu faire à la prochaine étape?”

Retour sur investissement?
Pas si simple me direz-vous? Comme tout savoir-être, il faut en faire une habitude pour qu’il prenne racine en nous. Alors donnons-nous du temps pour l’appliquer et en récolter les fruits. Quels fruits me demandez-vous? À chaque fois qu’une personne étudiante viendra vous apprendre quelque chose que vous ne saviez pas déjà, vous récolterez!

Source: Mulnix, Amy B., Four Habits That Support Inquiry-Based Learning. The Teaching Professor, 28 novembre 2022.

10 façons d'innover pour favoriser l'innovation dans sa classe
Cours obligatoire sur la crise climatique pour toutes et tous à l'Université de Barcelone
+ posts

À propos de l'auteur

Daniel a longtemps été occupé à analyser et concevoir des formations tous azimuts. Il essaie aujourd'hui de faire connaître ses découvertes pédagogiques aux personnes formatrices à la recherche de solutions concrètes.

Laisser un commentaire