Admission en médecine : l’accès à l’égalité pour les hommes?

Un article du Globe and Mail de Carolyn Abraham and Kate Hammer, paru jeudi le 21 octobre dernier,  porte un titre qui se veut certainement provocant : Failing Boys – Is affirmative action for men the answer to enrolment woes?  La traduction littérale de ce titre serait : Les garçons en échec – l’accès à l’égalité serait-elle la solution à la misère des inscriptions  [en médecine]?  

Le graphique suivant met la table de manière on-ne-peut-plus claire:

C’est à McMaster University que la proportion de femmes en médecine est la plus haute : 76,9%.  Le responsable des admissions de la Faculté de médecine de la McMaster University, nouvellement en poste, a choisi de regarder de plus près les critères d’admission.  Il va même jusqu’à dire que le fait qu’il y ait plus de femmes que d’hommes qui sont acceptés en médecine vient d’une trop grande importance accordée aux notes dans les critères d’admission et qu’il convient de les examiner de plus près.

La question l’équilibre des femmes et des hommes en formation en médecine est délicate mais très préoccupante, selon le président directeur général de l’Association des facultés de médecine du Canada.  Si le responsable à McMaster University a osé s’exprimer ouvertement, d’autres sont plus réservés mais l’article laisse entendre que certaines facultés de médecine auraient déjà pris des mesures en vue d’admettre plus d’hommes.

Il n’est pas impossible de voir des mesures de discrimination positive envers les… hommes en médecine.  Tout comme il n’est pas impossible de voir apparaître des prises de position qui généreront leur lot d’échanges musclés.  Ça ressemble à un débat de société…

Interne : Classement de l'UdeS au palmarès du Globe and Mail
Grâce à la visioconférence, les étudiants en médecine des Maritimes partagent la même formation

Exprimez-vous !

*