Tendances sociétales

Performance et inclusion

Ma collègue Karine Lemieux m’a suggéré la vidéo TEDxUdeS de Roxane Meilleur sur la performance. Ce thème me préoccupe depuis longtemps et sa manière de l’amener m’a profondément touchée. J’ai subitement pris un coup de jeune! Empressez-vous de la visionner… Pour l’heure, je choisis de partager quelques réflexions sur la performance et l’inclusion qui seront ponctuées d’extraits du texte de Roxane Meilleur, texte extrait de la vidéo.


Je m’intéresse à l’inclusion depuis plusieurs années déjà. Je tente de comprendre ce sujet complexe sous le plus d’angles possible. Beaucoup d’efforts sont déployés actuellement pour tenter de rendre notre société plus inclusive. Qu’est-ce que ça veut dire “plus inclusive”? Pour le dire simplement, cela signifie de faire de la place pour inclure les personnes qui font partie des minorités généralement désavantagées. Des minorités comme les neuroatypiques, les minorités culturelles, celles qui sont défavorisées économiquement ou physiquement, les personnes vivant avec un handicap ou une maladie, les minorités autochtones, de genres, etc. Ce ne sont que quelques exemples.

Pourquoi y a-t-il autant de minorités désavantagées et mises de côté dans notre société? Plusieurs raisons sont en cause bien sûr, mais celle qui me parait centrale, du moins dans le milieu universitaire, est l’importance accordée à la performance.

« La performance associée à un résultat à court terme, résultat généralement mesuré par des indicateurs quantitatifs : une note à un bulletin, un chiffre d’affaires, un nombre de minutes passées avec un usager pour répondre à son besoin, un nombre de clients servis.

Cette culture de performance est omniprésente. La pression de performance est ressentie autant sur le plan professionnel, au travail ou aux études, que sur le plan personnel, dans la vie de couple ou de parent. »

R. Meilleur (2022)

La performance n’est pas exclusive au milieu universitaire bien sûr. L’ensemble de la société qui nous modèle est axée sur la performance. Cependant, le monde universitaire est un milieu extrêmement compétitif où la performance attaque sur tous les fronts — le contexte de la recherche universitaire témoigne de cette exacerbation, si ce n’est de son paroxysme. Et pourtant…

La performance tue

La performance tue la créativité, la prise de risque, elle tue l’apprentissage.

« Des chercheurs rapportent que les pressions de la performance et de la concurrence encouragent les organisations à utiliser des stratégies qu’elles utilisent déjà, plutôt qu’en essayer de nouvelles. Elle agit comme un frein à la créativité, à la prise de risque et, ultimement, à l’innovation.

Des personnes étudiantes rapportent qu’il est difficile de prendre la parole en classe parce qu’elles ont peur de ne pas avoir “la” bonne réponse. Au bout du compte, cela représente un frein à leur apprentissage.

Quand la performance nous demande d’aller toujours plus vite et plus loin, il est où l’espace pour prendre le temps d’apprendre? [puisqu’apprendre prend du temps] »

R. Meilleur (2022)

La performance aveugle

Dans la performance à tout prix s’enracinent des comportements allant du simple mal intentionné à l’abject. Du chacun pour soi qui pourrit le climat de classe à la falsification de données de recherche pour s’assurer d’être publié. Recherche, dois-je le souligner, menée dans le but fondamental d’améliorer le sort de l’humanité.

« Quelle est la limite à toujours vouloir dépasser les autres pour se démarquer?

Qu’est-ce qu’on fait quand les solutions qu’on cherche demandent de sortir des silos disciplinaires et de s’adapter au contexte? »

R. Meilleur (2022)

La performance est aveugle à l’intangible, aux manifestations qui s’inscrivent en dehors des objectifs. Elle brouille la vue d’ensemble et réduit l’importance du processus au profit du résultat. Au nom de la performance, le modèle actuel impose sa cadence à nombre de personnes qui ne demandent qu’à apprendre pour mieux se déployer comme être humain.

« Quand la performance est évaluée selon des critères universels, quel espace fait-on pour les personnes qui n’entrent pas dans le moule de la majorité? »

R. Meilleur (2022)

Alors… qu’est-ce qu’on fait?

Ce désir de performance profondément ancré dans l’humanité ne disparaitra pas. Mais nous pourrions peut-être le transformer à notre échelle, lui donner un coup de jeune …

« Et si la performance, c’était …

Non pas la croissance à tout prix, mais la capacité à ralentir pour sauver notre planète.

D’être capable de prendre soin des autres et de soi-même avec bienveillance et humanité.

D’avoir un impact durable et positif sur le monde qui nous entoure au-delà des chiffres. »

R. Meilleur (2022)

Sources

Roxane Meilleur (2022). Et si on repensait la performance ? TEDxUdeS. YouTube, Vidéo 13:30 min.

Le Canada... un peu plus innovant qu'avant
Enjeux de santé mentale sur les campus canadiens: il faut adapter l'offre de services

À propos de l'auteur

Maryse Beaulieu

Formée au domaine de l'éducation et conseillère pédagogique depuis une vingtaine d'années, Je suis "officiellement" à l'Éveilleur depuis janvier 2022. Les sujets qui m'intéressent sont le développement des compétences du personnel enseignant universitaire, les mesures EDI dans les universités, les pratiques enseignantes inclusives (en soutien à l'apprentissage de tous). J'ai aussi un faible pour les bons outils de vulgarisation qui décrivent les mécanismes et les stratégies d'apprentissage.

Laisser un commentaire