Cycles supérieurs Tendances sociétales

ODD 4 : autorégulation, qualité et équité des systèmes d’enseignement supérieur

L’objectif de développement durable numéro 4 (ODD 4) vise « à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » (UNESCO, ODD4). Cet objectif comprend 10 cibles et 43 indicateurs (ODD4 et ses cibles) qui couvrent de nombreux aspects de l’éducation. Le but est d’engager tous les pays à assurer un accès équitable à une éducation abordable et de qualité, y compris en enseignement supérieur, d’ici 2030.

Lorsque l’on parle d’enseignement supérieur, on constate une grande diversité entre les modèles de gouvernance à travers la planète. De nombreuses études menées à l’échelle mondiale ont mis en évidence aussi un manque d’information concernant l’impact de ces différents modèles sur la qualité et l’équité de l’éducation. Pour cette raison, l’UNESCO IESALC a entrepris d’examiner le sujet dans le contexte de l’autorégulation.

L’objectif de l’étude était d’établir dans quelle mesure on peut identifier des liens entre l’autorégulation et la qualité et l’équité dans les systèmes d’enseignement supérieur.

Self-regulation in relation to higher education governance refers at system level to the ability of higher education institutions (HEIs) to decide freely and independently how to perform their tasks.

(Sabzalieva et coll., 2022)

Le cadre conceptuel utilisé comporte trois éléments :

  • une approche théorique de la gouvernance de l’enseignement supérieur,
  • une étude de quatre cas (Allemagne, Angleterre, France et Finlande) et
  • le développement d’un nouvel indice d’autorégulation ainsi que des mesures pour examiner la qualité et l’équité à l’aide de cet indice.

Ce nouvel indice compare l’autorégulation basée sur les cadres juridiques et politiques nationaux respectifs, dans des fonctions de base : contrôle et évaluation de la qualité, financement, stratégie et structure, personnel et enseignement et recherche.  

Récemment, on a publié des résultats préliminaires intéressants dans un article en libre accès intitulé « The impact of self-regulation in the governance of European higher education systems on quality and equity ».

D’une part, selon les conclusions présentées dans cet article, les analyses effectuées n’ont montré aucun lien évident entre les politiques visant à accroitre l’autorégulation, les environnements dans lesquels cette dernière prospère, et de meilleures qualité et équité dans l’enseignement supérieur.

D’autre part, les politiques gouvernementales dans les pays analysés (ayant visé à accroitre l’autorégulation) ne conduisent pas toujours à des niveaux plus élevés d’autorégulation.

L’augmentation de l’autorégulation sans l’application d’autres mesures complémentaires ne garantit pas une meilleure qualité dans l’enseignement supérieur. En ce sens, une plus grande orientation politique de la part des gouvernements et des initiatives plus autonomes de la part des établissements pourrait élargir les possibilités d’améliorer l’accès, la qualité et l’équité dans l’enseignement supérieur, comme l’exige l’ODD 4.

On espère que ces résultats préliminaires et un rapport détaillé – qui sera disponible sous peu – permettront de développer davantage l’indice d’autorégulation proposée par l’UNESCO IESALC. Il pourra être mis à l’essai en utilisant les cas d’autres pays situés dans différentes régions du monde. On pourra aussi effectuer d’autres études: des analyses économétriques, des entretiens qualitatifs, etc. Tout ceci permettra d’optimiser l’indice et d’accroitre son potentiel comme outil pour aider les gouvernements et les établissements à améliorer la gouvernance de l’enseignement supérieur en vue de l’atteinte des ODD.

Sources :

La 4e mission universitaire?
EDUCAUSE Horizon Report 2022 (point de vue critique)

À propos de l'auteur

Alexandra Lez

Laisser un commentaire