Pédagogique

Évaluer sans fausse note?

S’il y a quelque chose qui nous habite lorsqu’on enseigne, c’est l’évaluation des apprentissages de nos étudiantes et étudiants. Le moment venu, de nombreux doutes font surface et nous laissent sans réponse précise. Est-ce que ce travail mérite plus 75, 78 ou 80? Est-ce que cette personne étudiante a démontré une réelle amélioration tout au long de la session? Si oui, comment en tenir compte dans son évaluation?

Y aurait-il un moyen d’évaluer sans nécessairement donner arbitrairement une note?

David Clark – enseignant de mathématiques à la Grand Valley State University – nous propose le Ungrading en relatant sa récente expérience avec ses étudiantes et étudiants. Sommairement, on peut définir le ungrading comme une méthode évaluative qui focalise sur l’apprentissage et l’évolution des apprenants plutôt que sur le strict classement des performances. Je n’ai pas trouvé dans mes recherches une expression équivalente en français de cette méthode. Je me permets donc ce néologisme : le “dénotage“.

Clark n’est pas l’instigateur du “dénotage”. Plusieurs autres avant lui s’y sont adonnés avec toutes sortes de variantes. Bien qu’il existe plus d’une façon de “dénoter”, l’esprit demeure le même : investir dans l’apprentissage avec la participation de la personne étudiante. Les personnes enseignantes qui s’y consacrent le font d’abord pour amener leurs personnes étudiantes à prendre conscience de ce qu’elles apprennent et comprennent et, éventuellement, les invitent à identifier ce qu’il faudra faire pour s’améliorer.

Les principaux paramètres pour bien “dénoter”

1) Identifier les principaux critères à atteindre – Puisque le focus se fait sur l’apprentissage, il est nécessaire pour la personne enseignante de déterminer à l’avance des critères (i.e. des actions-clés) qu’elle communiquera dès la première rencontre à ses personnes étudiantes.
2) Prévoir l’utilisation d’un portfolio – Qu’il soit électronique ou manuscrit, le portfolio pourra nourrir la conversation lors des rencontres et aidera la personne étudiante à constater ses progrès tout au long de la session. Un exemple de ce que remet Clark aux personnes étudiantes au début de la session.
3) Planifier deux ou trois rencontres individuelles Prévoir rencontrer chaque personne étudiante pendant le semestre pour faire un suivi des apprentissages basées sur la démonstration de certains ou de l’ensemble des critères.
4) Déterminer la note avec la personne étudiante –Inclure lors de la seconde ou de la troisième rencontre un moment où la personne étudiante devra annoncer la note qu’elle s’attribue selon ses efforts et l’amélioration qu’elle se reconnaît. Bien entendu, la personne enseignante pourra questionner ou contre-argumenter si nécessaire.

Qu’est-ce qui distingue le “dénotage”?
Bien que cette insistance sur l’apprentissage ait déjà fait l’objet de multiples autres approches pédagogiques, le dénotage remet en question le rôle prépondérant de la note dans l’acte d’évaluer. Clark nous présente, dans son témoignage, une façon de faire qui relègue au second rang l’incontournable note finale. Il propose une série de rencontres individuelles où on discute plus sur ce qu’on a appris et sur ce qu’on estime avoir fait comme progrès que sur ce qu’on pense que cela vaut.

Comment peut-on faire du dénotage sans y laisser sa peau?
Il va sans dire que pratiquer le “dénotage” tel que décrit plus haut peut facilement ajouter des heures de réflexion et de production d’outils d’évaluation. Mieux vaut s’informer et y aller progressivement. Vous pourrez d’ailleurs consulter les quelques références que j’ai incluses plus bas. Elles vous proposeront des alternatives pour “dénoter” sans tout remettre votre mode d’évaluation en question. On y suggère, entre autres, d’utiliser cette approche sur une portion de son cours ou encore de conserver le plein contrôle de la notation mais basée sur des critères que vous jugez incontournables.

Sans doute que les notes dans notre monde actuel ont leur raison d’être. Mais elles devraient être plus la conclusion d’un dialogue et d’une prise de conscience que le reflet d’un tri ou d’un jugement unilatéral.


Sources
Clark, D., Assessing My First Semester of ‘Ungrading’, EdSurge, 17 janvier 2022.

Dawson, G., 5 Lessons for Teachers from the Ungrading Movement, Spaces, 31 janvier 2021.

Gauthier, M., Les « classes sans notes » : vers une évaluation au service des apprentissages, Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec, 16 novembre 2021.

Rhéaume, C., Noter moins pour évaluer mieux, Eductive, 8 décembre 2021.

Un compagnie de surveillance électronique tente de museler un spécialiste qui l’a critiquée
Refonder l'école en un espace de débats et laboratoire d'idées

À propos de l'auteur

Daniel Genest

Daniel a longtemps été occupé à analyser et concevoir des formations tous azimuts. Il essaie aujourd'hui de faire connaître ses découvertes pédagogiques aux personnes formatrices à la recherche de solutions concrètes.

Laisser un commentaire