Pédagogique Point chaud / en émergence Technologique

Cognition située et chaîne de blocs: un arrimage à encourager?

Par

Mon collègue Jean-Sébastien Dubé me partageait récemment un article sur le sujet en titre. Nous vous avons présenté par le passé des articles à propos des usages anticipés de la chaîne de blocs (blockchain) en éducation, où il serait possible, notamment, d’exploiter cette technologie émergente – popularisée d’abord par le phénomène des cryptomonnaies – afin de certifier des transactions ou suivre la trace d’actions posées dans différents contextes d’enseignement et d’apprentissage.

La compagnie SIMBA, créée en 2017 à partir d’une subvention accordée par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) à un regroupement de compagnies technologiques dans l’état de l’Indiana, a développé au cours des dernières années une plateforme transactionnelle sécurisée pour l’armée américaine. SIMBA propose sa plateforme infonuagique sous la forme de SCaaS (smart-contract-as-a-service), laquelle permet à des utilisateurs de différentes disciplines et aux compétences variées de mettre en œuvre ce que les responsables de la compagnie désignent comme des “dapps” (“decentralized applications” ou applications décentralisées). Ces applications permettent des connexions directes et sécurisées entre les utilisateurs et les fournisseurs, éliminant ainsi les tierces parties. La plateforme est déployée grâce à l’utilisation d’une chaîne de blocs (la SIMBA Chain) pour distribuer l’utilisation des dapps dans différentes entreprises.

Ce qui est intéressant dans ce modèle, c’est la nécessité d’une étroite collaboration entre les praticiens et les universitaires pour créer un modèle d’apprentissage basée sur la cognition située.

Dans la cognition située, la prémisse générale est que l’apprentissage ne peut être considéré de façon isolée des situations dans lesquelles il se manifeste. Dans ce modèle, l’apprentissage est associé à des opportunités d’applications pratiques de la connaissance. C’est en utilisant une combinaison de sources d’apprentissage – par exemple, des études de cas associées à des exemples d’utilisation de la chaîne de bloc – que des transactions sous forme d’ententes ou de “contrats” peuvent être déployés. En raison de la nature abstraite de la chaîne de blocs, les études de cas et autres exemples concrets facilitent la collaboration et la discussion à propos de concepts complexes, notamment les alliances stratégiques dans la littérature universitaire ou les modèles d’entreprise qui démontrent comment appliquer la chaîne de blocs dans différentes domaines (comptabilité, finance, gestion de la chaîne d’approvisionnement, etc.).

Une courte vidéo (environ 5 min.) explique succinctement le fonctionnement du service ainsi que ses différentes applications en lien avec la formation :

Source: Situated Cognition & Community of Practice Model in the Deployment of Blockchain Studies. The Chronicle of Higher Education, page consultée le 5 novembre 2021.

Les engagements climatiques des universités et la justice climatique
Les biais cognitifs qui nuisent à la réussite étudiante
+ posts

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire