« Smartboard », version 2.0

Lu sur le site web Cyberpresse:

http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/materiel-informatique/200901/26/01-820900-le-tableau-vert-remplace-par-le-smart-board.php


Le tableau vert remplacé par le Smart Board

Marc Larouche, collaboration spéciale, Le Soleil
28 janvier 2009 | 09 h 17 |

En vente au Québec depuis 2004, les tableaux interactifs Smart Board, obtiennent de plus en plus de popularité dans les écoles. Après Québec et Trois-Rivières, c’est au tour des écoles du Bas-Saint-Laurent de saluer l’arrivée de cet outil technologique informatisé. Serait-ce la fin du coup de craie sur le tableau noir qui faisait «grincer des dents» les étudiants turbulents?

Ce sont les enseignants des écoles de l’Étoile-Filante de Saint-Onésime, de l’Orée-des-Bois de Sainte-Louise et de la Marée-Montante, de Saint-Roch-des-Aulnaies, qui en profitent. «Le tableau fonctionne à partir d’un projecteur multimédia, d’un ordinateur portable et d’un logiciel d’animation pédagogique.

Celui-ci interprète le toucher comme le fonctionnement d’une souris», explique M. Guy Lavoie, de la commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup.C’est dire qu’en deux temps trois mouvements, une foule d’activités pédagogiques prennent forme au tableau, qu’elles soient auditives, visuelles ou tactiles. Le premier de ces tableaux interactifs a été installé dans la salle informatique de l’école de la Marée-Montante. Les enseignants des trois écoles ont pu l’expérimenter récemment.

«Cela se situe à des années-lumière des vieux projecteurs à transparents. L’échange entre l’enseignant et ses élèves est favorisé. L’outil interactif exploite au maximum les différentes fonctions multimédias de l’ordinateur : textes, images, présentations, extraits sonores, vidéos, sites Web, et autres», poursuit M. Lavoie.

Le directeur de ces écoles, Michel Ducharme, s’attend à ce que le tableau interactif devienne un outil fort prisé par les enseignants. «Après seulement une heure de présentation, les professeurs étaient prêts à l’utiliser. Le logiciel comporte plusieurs avantages, a aussi des fonctions d’édition, de sauvegarde et de partage de contenu», dit-il.

Par exemple, il est possible, dans l’espace de travail, de faire appel à un rapporteur d’angle virtuel et de procéder en quelques secondes à des mesures devant la classe. «Sur le tableau blanc, vous pouvez ensuite ajouter au crayon vos commentaires, puis encercler en rouge ce que vous jugez important. Il est même possible d’enregistrer l’ensemble des explications et les remettre aux élèves pour révision.

Pour le directeur, la majorité des jeunes sont pratiquement nés en même temps que le Web. «Le courrier électronique, les blogues, le clavardage, les forums, les moteurs de recherche, les sites Internet font partie de leur culture. Ce n’est pas un mystère pour eux. Avec le tableau interactif, nous avons la possibilité de les rejoindre dans leur monde, de capter leur attention. Ils peuvent participer davantage au processus d’apprentissage.»

Les Écoles de l’Étoile-Filante, de l’Orée-des-Bois et de la Marée-Montante ont acheté neuf tableaux interactifs au coût de 1500 $ l’unité. À cela s’ajoutent le projecteur et l’ordinateur, pour un total de plus de 3000 $ par ensemble. «C’est un investissement important, mais qui va porter fruit. Ce sont nos élèves qui en seront les grands bénéficiaires», conclut M. Ducharme.

La commission scolaire prévoit installer d’autres tableaux Smart Board dans ses écoles d’ici peu. Plus de 500 de ces tableaux ont déjà été installés dans les écoles de la province.

Serait-ce l’occasion d’investir dans l’achat de tels appareils à l’Université de Sherbrooke?  Je me pose souvent la question…  On voit des disparités assez importantes entre les facultés pour ce qui est de l’intégration des technologies en salle de classe, que ce soit simplement la présence d’un projecteur et d’un poste de travail à l’avant (ce qui n’est pas le cas pour la grande majorité des installations sur le campus). À la lumière des souhaits exprimés par nos supérieurs de voir le gouvernement fédéral réinvestir massivement dans les infrastructures, il serait à mon avis intéressant de s’assurer que cet aspect soit considéré.

Qu’est ce qu’on utilise pour aller sur le Net ?
Cours à distance sur la propriété intellectuelle

Exprimez-vous !

*