Compétitive Tendances sociétales

Classement 2021 de THE sur les objectifs de développement durable

Par

Times Higher Education (THE) a dévoilé récemment les résultats de sont “Impact Ranking” qui se base sur les 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU. Il s’agit de la 3e édition de ce classement.

L’Université de Manchester trône au sommet du classement cette année (étant 8e l’an dernier) et suivent des universités australiennes. Parmi les 24 universités canadienne participant au classement, on trouve :

  • Queen’s University (4e);
  • UBC (13e);
  • McMaster University (14e);
  • Université de Toronto (34e);
  • Université de Montréal (39e);
  • University of Calgary (43e)
  • Simon Fraser University (46e)
  • Western University (52e)
  • Concordia (62e)
  • University of Alberta (64e)
  • York University (67e)
  • Université Laval (70e)
  • University of Saskatchewan (96e)
  • Lakehead University (99e)
  • University Waterloo (99e)
  • Dalhousie University (101 à 200)
  • University of Guelph (101 à 200)
  • McGill (101 à 200)
  • Université d’Ottawa (101 à 200)
  • University of Victoria (101à 200)

Mentionnons que 1 117 universités réparties au travers le globe ont pris part à cet exercice. L’UdeS n’y a pour l’instant jamais participé.

Pour participer à ce classement, les universités doivent déclarer de l’information relativement à au moins quatre ODD, dont le 17e portant sur le partenariat pour l’atteinte des ODD. Les informations à déclarer touchent différents grands domaines:

  • la recherche relative à chacun des ODD;
  • les résultats de chaque ODD à l’échelle de l’université (par exemple, pour l’ODD 1 sur la pauvreté, on demandera des statistiques sur les étudiants recevant de l’aide financière ou de l’information sur les programmes visant à contrer la pauvreté chez ses étudiants);
  • les programmes de formation liés à chaque ODD;
  • l’engagement de l’université à déployer des mesures et des programmes pour favoriser l’atteinte de ces ODD dans la collectivité.

Chaque université est classée selon son meilleur score pour 4 ODD (incluant le 17e qui est obligatoire à toutes). Ainsi, dans le classement global, les universités ne déclarent pas sur les mêmes ODD.

L’avantage du classement est qu’il permet de mettre en relation différentes universités relativement à différents ODD pour permettre un certain étalonnage. Éventuellement, le classement vise à ce que des universités issues d’autres régions que des pays dits “développés” puissent y faire bonne figure et rivaliser avec les universités occidentales, ce qui a pour effet d’aplanir les différences liées aux moyens qui influenceraient le résultat. Dans les faits, comme bien des classements, ies universités des pays développés dominent.

Les ODD et le développement durable

Les ODD ont été promulgués en 2015 dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, prenant le relais des Objectifs du millénaire. Ils visent à

réaliser les droits de l’homme pour tous, l’égalité des sexes
et l’autonomisation des femmes et des filles. Intégrés et indissociables, ils concilient les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale.

Programme de développement durable à l’horizon 2030

Les ODD de l’ONU ont l’avantage de rendre un peu plus tangible le développement durable au travers 17 thématiques et 169 cibles. Ce faisant, on peut perdre un enjeu, voire un défi fondamental des ODD et du développement durable : l’idée de l’interconnexion entre ceux-ci ou ses différentes dimensions. À l’échelle de nos universités, ce défi d’intégration et d’interconnexion des enjeux est tout aussi présent.

Les classements et le développement durable

Le classement d’impact de THE table spécifiquement sur cette segmentation du développement durable au travers des 17 ODD pour mesurer et documenter la mise en oeuvre des ODD dans le secteur de l’enseignement supérieur. En combinant ce classement basé sur la segmentation des ODD à la déclinaison de ce classement en différents palmarès (par exemple : les universités où l’égalité des sexes est la mieux prise en charge – ODD 5; les universités et l’action climatique – ODD 13) on peut avoir l’impression que ces listes nous éloignent de l’intégration en vue d’atteindre l’ensemble des ODD. Les plus cyniques d’entre nous pourraient même se demander si les ODD ne constituent finalement pas un fabuleux outil de marketing permettant d’atteindre un maximum de publics selon leurs intérêts spécifiques.

Une question demeure : les ODD, mais surtout l’ensemble des « produits dérivés » des ODD, nous rapprochent-ils de l’atteinte de cet idéal du développement durable?

Références

ONU. 2015. Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Times higher Education. 2021. Impact Ranking 2021.

Lancement du site AI.gov aux États-Unis
L’édition savante endosse l’ÉDI (équité, diversité, inclusion)
+ posts

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire