Point chaud / en émergence

Équité, diversité, inclusion : différentes longueurs d’ondes

Bien que le sujet de l’équité, la diversité et l’inclusion (aussi connu sous le sigle ÉDI) ne soit pas dans mon axe de veille, j’ai été interpellée par le titre de cet article de Nicholas C. Burbules* paru dans le Times Higher Education, soit Antinomies in the Concepts of Diversity, Equity and Inclusion.  À l’instar de probablement tout le monde, les mouvements qui ont animé, pour ne pas dire secoué, notre société et notre monde universitaire au cours des derniers mois m’obligent à une réflexion que je trouve délicate à faire en raison, notamment, de la complexité du sujet.  Complexité qui, comme le sous-titre de l’article le laisse entendre, pourrait provenir du fait que différentes personnes soutiennent ces trois valeurs pour différentes raisons et que l’interprétation qu’elles en font peut mener à des conflits. 

Voici donc l’éclairage de Burbules sur ces trois valeurs.

DIVERSITÉ – On peut faire la promotion de la diversité selon deux approches :

  • en créant des occasions de corriger la sous-représentativité de groupes spécifiques (discrimination positive) et
  • en s’assurant d’avoir une large représentativité de voix, d’expériences et de points de vue dans divers contextes (diversité intellectuelle et éducative).

S’il est possible d’imaginer qu’une plus grande diversité grâce à la discrimination positive peut promouvoir la diversité intellectuelle et éducative, parfois elle ne conduit pas à l’enrichissement des divers points de vue qu’offre une représentativité vraiment diversifiée aux plans interculturel, international, politique, idéologique…. Par ailleurs, en s’inspirant d’un exemple de Burbules illustrant la manière dont les deux approches peuvent entrer en conflit : compte tenu des capacités d’accueil dans certains programmes, les gains en termes de diversité intellectuelle et éducative peuvent être perçus comme se faisant au détriment des gains de la diversité visant à corriger la sous-représentativité.

ÉQUITÉ – L’équité porte en elle-même deux principes qui s’opposent :

  • tous les gens devraient être traités de la même manière (principe d’égalité) et
  • tous les gens sont différents et, en conséquence devraient être traités de manière qui tiennent compte des différences jugées pertinentes (principe d’équité). 

Bien que le principe d’équité semble prendre le pas sur le principe d’égalité, il est parfois difficile de trouver comment agir, réagir…  Par exemple, deux personnes avec les mêmes caractéristiques peuvent vouloir être traitées différemment.   À l’inverse, une même personne peut vouloir les deux traitements en deux temps différents, ainsi que l’énonce le poète Pat Parker “The first thing you do is to forget that I’m black (égalité). Second, you must never forget that I’m black (équité). ” Et cette dernier position peut conduire à l’impasse peu importe le traitement choisi, comme dans l’anecdote.  Lors d’un atelier sur l’encadrement aux cycles supérieures en Sciences, une professeure a demandé à ses collègues masculins s’ils traitaient différemment leurs étudiantes et leurs étudiants.  Une réponse négative équivaut à un traitement selon le principe d’égalité mais implique également de ne pas tenir compte d’une différence pertinente (le genre).  Une réponse positive (oui) équivaut tenir compte d’une différence pertinente (le genre) mais peut conduire à une perception de comportement injuste, discriminatoire…  Pour Burbules, as we become more aware of differences and identify more differences as differences that matter, there are more and more instances where treating people the same is seen as unjust. Large institutions like colleges and universities depend on some degree of standard policy and treatment — an approach that is increasingly challenged. Should, for example, classroom requirements and grading standards be the same for all students? From an equality standpoint, that is obvious; from a fairness standpoint, it might be seen as problematic. What counts as a relevant difference, and who decides that, is also being challenged.

INCLUSION – Tout comme pour l’équité, l’inclusion porte deux principes qui s’opposent :

  • chaque voix, chaque point de vue mérite le respect (liberté d’expression) et
  • certaines personnes appartenant à des groupes « à risque » méritent un espace où elles se sentent bienvenues et protégées (espace sécuritaire).

Burbules ne s’est pas commis plus avant sur cette dimension de l’ÉDI.  Doit-on en déduire que le sujet est pour lui, comme pour beaucoup d’autres, d’une extrême délicatesse et qu’il vaut mieux éviter de l’approfondir en ces temps orageux? 

Toutefois, Burbules ne se fait aucune illusion : 

I see these disputes about diversity, equity and inclusion as proxy fights over fundamentally different visions of the university. And I do not mean to exaggerate that the future of higher education is at stake in how they get resolved. What I have tried to suggest here is that these fights are made even more intractable because advocates on different sides are often invoking, at least rhetorically, the same principles. Hence we need to go beyond slogans and head nodding that suggests agreement when people are actually holding very different, and sometimes conflicting, ideas in their heads. Opening up those conversations, as many places have started to do, will surface some of these conflicting values. The resulting conversations will be difficult but necessary. 

Bref, nous sommes appelées et appelés à un dialogue exigeant pour harmoniser nos longueurs d’ondes.

*  Nicholas C. Burbules est titulaire de la chaire Edward William et Jane Marr Gutgsell au Département de politique, d’organisation et de direction de l’éducation de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign. Son principal domaine de recherche est la philosophie de l’éducation.

Source 

Burbules, Nicholas C.  Antinomies in the Concepts of Diversity, Equity and InclusionInside Higher Education.  15 avril 2021.

Les établissements d'enseignement français insuffisamment engagés dans la transition écologique
Fermeture de programmes et hausses de frais: comme aux USA?

À propos de l'auteur

Sonia Morin

Sonia Morin

Laisser un commentaire