17* pays s’entendent sur 10 principes et pratiques d’évaluation de la qualité des programmes de maîtrise et de doctorat de type recherche

Depuis 2007, des leaders d’universités de plusieurs pays ont créé une rencontre annuelle (Annual Strategic Leaders Global Summit) qui leur offre la possibilité de réfléchir, d’échanger et de se doter d’orientations structurantes en vue de faire la promotion des bonnes pratiques aux études supérieures et de soutenir l’amélioration continue de la qualité des programmes de maîtrise et de doctorat.  Ce sommet a vu le jour en réponse aux exigences croissantes d’imputabilité et de transparence aux études supérieures et en recherche, qui se sont étendues jusqu’aux cycles supérieurs de la formation universitaire.

Cette année, au sommet de Brisbane, en Australie (du 13 au 15 septembre), 17 pays* se sont entendus sur 10 principes et pratiques visant à mesurer la qualité des programmes de maîtrise et de doctorat recherche1.  En voici la liste :

  1. L’évaluation de la qualité vise principalement à assurer et à améliorer la qualité de la formation, des apprentissages et du développement de compétences professionnelles.
    • Outre l’évaluation de la qualité de la recherche, l’évaluation doit porter également sur les éléments suivants :
      • les critères de recrutement et d’admission ;
      • les résultats d’apprentissage des étudiants, y compris les compétences transférables ;
      • le mentorat et les structures d’encadrement ;
      • les infrastructures soutenant la formation des étudiants aux cycles supérieurs ;
      • la qualité des acquis des étudiants ;
      • les taux de diplomation et d’attrition ;
      • un suivi de l’insertion professionnelle.
  2. L’évaluation de la qualité vise aussi à prouver à la société, aux entreprises, organisations… que la formation aux cycles supérieurs fait l’objet de mesures d’évaluation de qualité.
    • Le partage des objectifs et des résultats de l’évaluation avec tous les acteurs contribue à faire connaître et apprécier les efforts d’amélioration.
  3. L’évaluation de la qualité de la formation doit s’appuyer sur des objectifs, des critères et des processus clairement définis et l’utilisation des résultats doit être évidente pour tous les acteurs.
    • Différents processus peuvent être nécessaires selon les buts et les publics visés.
  4. Le développement de mesures de qualité pour les programmes à grade des cycles supérieurs est une priorité.
    • Les éléments à considérer comprennent
      • le suivi de la progression de l’étudiant dans son programme ;
      • la qualité du mémoire ou de la thèse ;
      • la mise en contact de l’étudiant avec des expériences de recherche interdisciplinaires et internationales ;
      • des compétences à générer des résultats de recherche et à les communiquer ;
      • la qualité du milieu de formation à la recherche ;
      • les impacts de la recherche de l’étudiant.
  5. L’implication du personnel enseignant dans la conception et l’ajustement des mécanismes d’évaluation augmente, voire garantit, l’efficacité de l’évaluation de la qualité.
  6. Le recours à des mécanismes internes et externes sur une base régulière permettrait le maintien et la promotion de la qualité de la formation aux cycles supérieurs.
  7. Les leaders en formation aux cycles supérieurs ont une responsabilité particulière dans la définition, l’évaluation, la veille et l’amélioration des compétences professionnelles que doivent développer les étudiants pour assurer une meilleure employabilité.
  8. L’évaluation de la qualité des collaborations internationales fait partie intégrante de la formation dans les programmes à grade de type recherche.
  9. Le succès des prochains efforts d’évaluation est conditionnel à la bonification des outils existants, qualitatifs et quantitatifs, et le développement de nouvelles méthodes pour mesurer la qualité.
    • À titre d’exemples : la comparaison des outils existants ou en cours de développement, la mise en commun des meilleures pratiques dans leur utilisation, et le développement de nouveaux outils technologiques.
  10. Les regroupements régionaux et nationaux de leaders universitaires responsables de la formation à la recherche constituent des lieux par excellence pour le partage des pratiques fructueuses.

Toutes les informations, dont les actes, se rattachant aux sommets antérieurs sont disponibles sur le site du Council of Graduate Studies (CGS) : http://www.cgsnet.org/Default.aspx?tabid=403.

Les trois autres sommets et leur thème : Banff (2007) et  San Francisco (2009) sur la collaboration internationale; Florence (2008) sur l’intégrité scientifique.
_________________
* Liste des pays : Australie, États-Unis, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle Zélande, Singapour, Afrique du Sud, Corée du Sud, Thaïlande, Royaume-Uni et Vietnam. 

1  Attention !  Dans certains pays, comme l’Australie, les études supérieures se traduisent par postgraduate studies.

ASTUS : une plateforme pour tutoriels intelligents faite à l'UdeS
Les blogues en enseignement à l'UdeS?

Exprimez-vous !

*