Cycles supérieurs Point chaud / en émergence Tendances sociétales

FRQ et la responsabilité environnementale en recherche

Le 26 janvier dernier, Rémi Quirion, le scientifique en chef du Québec et les Fonds de recherche du Québec (FRQ) tenait un webinaire pour présenter à la communauté et aux établissements de recherche du Québec le Plan d’action sur la responsabilité environnementale en recherche.  

Implications pour la recherche  

Les quatre étapes prévues au plan comprennent des actions prises par les FRQ qui auront un impact pour les chercheuses et chercheurs au moment de la demande et de l’octroi. Le plan ne se substitue pas et n’ajoute pas au cadre légal applicable. Il vise avant tout à conscientiser les chercheurs aux impacts de la recherche sur l’environnement et à les minimiser. Dans cet esprit, les informations fournies par les chercheuses et chercheurs ne seront pas utilisées dans le cadre de l’évaluation scientifique des projets

Étape 1 – Promouvoir la préservation de l’environnement et favoriser la prise de conscience par la communauté des impacts négatifs sur l’environnement que peut engendrer la recherche 

Concrètement, dans le processus de demande, les chercheuses et chercheurs devront déclarer le niveau de risque environnemental que comporte le projet soumis : un risque « minimal » (i.e. s’apparentant à l’impact qu’engendre « l’activité humaine de la vie quotidienne ») ou un risque « plus que minimal » (i.e. dépassant « l’impact qu’engendre l’activité humaine de la vie quotidienne »). En cas de risque « plus que minimal », les chercheuses et chercheurs devront identifier des mesures d’atténuation à mettre en œuvre. La foire aux questions disponible au bas de la page Responsabilité environnementale en recherche sur le site des FRQ offre des explications supplémentaires et des exemples permettant d’identifier le niveau de risque. 

Étape 2 – Sensibiliser l’ensemble de la communauté à la responsabilité environnementale inhérente à la recherche 

Des outils de vulgarisation et d’aide à la compréhension du cadre législatif applicable en matière de protection de l’environnement seront élaborés, sachant que les exigences dans ce domaine émanent des gouvernements fédéral et provincial. Mentionnons à cet effet un outil d’aide à la décision « Exigences légales relatives aux autorisation environnementales » 

Étape 3 – Réduire les impacts environnementaux de la recherche 

Les FRQ énoncent des principes guidant une approche responsable en environnement pour orienter les chercheuses et chercheurs inspirés des principes mêmes de développement durable et de la philosophie des « 3R », où l’on priorise dans cet ordre la réduction, la réutilisation et le recyclage. L’Énoncé de principes guidant l’action des chercheuses et chercheurs pour une approche responsable en environnement est présenté dans le plan d’action (p. 12). 

Étape 4 – Élargir les considérations en matière de responsabilité environnementale en recherche pour y inclure la notion de développement durable 

Cette étape, qui n’est pas encore en déploiement contrairement aux trois précédentes, s’inscrit dans une volonté claire du scientifique en chef que les FQR affirme un leadership fort, particulièrement en lien avec les objectifs de développement durable de l’ONU. Les actions dans ce domaine sont donc à venir. 

Les FQR tiendront deux autres webinaires « Formation – Plan d’action sur la responsabilité environnementale en recherche » le mercredi 17 mars à 13h à 14h et le mardi 23 mars de 9 h à 10h. S’inscrire ici

Objectifs du plan 

Ce plan, qui répond à la Stratégie gouvernementale de développement durable ,vise à : 

  • soutenir l’excellence en recherche, notamment en favorisant le développement des connaissances dans le respect de l’environnement et des générations futures;  
  • promouvoir la préservation de l’environnement et le développement durable en recherche;  
  • sensibiliser l’ensemble de la communauté scientifique aux impacts que la recherche peut avoir sur l’environnement et à la responsabilité environnementale qui en découle;  
  • outiller les chercheuses et chercheurs dans l’évaluation des impacts environnementaux de leurs recherches. 

Et l’UdeS? 

En 2020, l’UdeS a publié un Guide d’écoresponsabilité en recherche à l’intention des personnes exerçant des activités de recherche. Ce guide rassemble l’ensemble des ressources à la disposition des chercheurs en matière d’écoresponsabilité en recherche; le concept d’écoresponsabilité référant ici à l’idée de respecter à long terme l’environnement physique, social et économique, et non seulement à la dimension environnementale. Ce guide rejoint les objectifs et les étapes des FQR en matière de responsabilité environnementale. 

Pour aller plus loin? 

Parmi les quelque 170 participantes et participants ayant pris part au webinaire du 26 janvier dernier, la question des déplacements aériens est apparu comme un sujet très important pour plusieurs. Certains suggèrent que les FQR devraient en faire plus pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ou à tout le moins exiger des compensations. Plus fondamentalement, on questionne aussi le modèle de la recherche et la perception selon laquelle le succès en milieu universitaire va de pair avec de nombreux déplacements aériens, notamment pour faire des communications, ce qui signifie une empreinte carbone plus lourde (voir dépêche à ce sujet). 

En outre, il a été clarifié que ce plan ne visait pas à évaluer les impacts futurs liés au déploiement des innovations issues de la recherche, bien que cela pouvait générer des impacts importants. Ceci dit, la prise en compte des principes guidant une approche responsable en environnement « devrait s’appliquer de manière à couvrir l’ensemble du cycle de vie de la recherche, incluant l’élaboration, la réalisation, la diffusion et les retombées de la recherche. » 

Sources :  

Fonds de recherche Santé. 2021. Responsabilité environnementale en recherche. (Page permettant d’accéder au plan d’action, à la foire aux questions et à différents outils). 

Fonds de recherche du Québec. Chaîne YouTube. (Le webinaire du 26 janvier 2021 devrait y être rendu accessible mais n’y était pas encore au moment d’écrire ce texte). 

Pensée informatique et pensée critique : inséparables dans le monde numérique
Aborder les sujets sensibles en classe

À propos de l'auteur

Véronique Bisaillon

Véronique Bisaillon

Laisser un commentaire

ultricies diam id Donec non risus. commodo