Pédagogique Technologique

Travaux en ligne: conserver l’intérêt des étudiants en rendant les évaluations significatives

Suggéré par mon collègue Marc Couture, un article sur les travaux demandés aux étudiantes et étudiants dans le contexte de la formation en ligne obligée… J’y ai ajouté certains éléments d’un autre article sur l’évaluation collaborative.

D’abord Major et Miller proposent d’agir sur l’engagement des étudiantes et étudiants en profitant des changements amenés par la pandémie et du passage en ligne pour revoir les modalités d’évaluation des activités pédagogiques.

“…Disposer d’une variété de méthodes d’évaluation des apprentissages à portée de main peut être avantageux pour maintenir l’attention de vos étudiantes et étudiants, ainsi que pour la transmission de contenus pédagogiques alignés aux acquis d’apprentissage du cours (Muller, Gradel, Deane, Forte, McCabe, Pickett, Piorkowski, Scalzo, & Sullivan, 2019). Les évaluations déterminent non seulement si les étudiantes et étudiants atteignent les objectifs d’apprentissage, mais elles peuvent également les amener à s’investir davantage dans leurs apprentissages.” [Traduit avec www.DeepL.com/Translator]

Les auteures évoquent différents moments où il est possible d’intégrer des évaluations formatives ou sommatives à faible enjeu, des idées de modalités variées, ainsi que des technologies appropriées pour ce faire.

  • Évaluations diagnostiques ou d’introduction: pour se connaître entre pairs, prendre connaissance du syllabus ou des objectifs du cours, avec des logiciels comme Flipgrid, VoiceThread, Poll Everywhere, des sondages ou des chasses au trésor.
  • Pendant ou après l’acquisition de contenu en ligne: des quiz-éclair formatifs, des textes troués ou des vidéos avec questions incorporées grâce à des logiciels comme Camtasia, Playposit, EdPuzzle ou H5P, présentation de casse-têtes ou de jeux interactifs grâce à des widgets gratuits et libres comme ceux de la société Materia.
  • Auto-évaluations: “Encouragez les étudiants à revoir et à réviser leur propre travail avant de le soumettre à la notation en fournissant des critères d’évaluation (par exemple, une grille de rubriques) au début d’un travail ou d’une évaluation. C’est un excellent moyen d’aider les étudiants à évaluer de manière critique leur travail et à l’améliorer pour faire progresser leur apprentissage et leurs résultats…”
  • Évaluations réflexives: questions ou indications pour que les apprenants puissent examiner leurs propres pensées, sentiments, expériences et comportements, tenue de journal et partage de points de vue en utilisant divers outils en ligne, comme des vidéos, des blogues, des forums de discussion ou des calendriers Sutori.
  • Évaluations écrites ou orales: soumettre un document ou un enregistrement d’une minute, répondre à une étude de cas ou à une vidéo au moyen de VoiceThread, rédiger une bibliographie annotée, examiner une œuvre de création (livre, pièce de théâtre, article, vidéo, œuvre d’art ou performance), créer un document de breffage ou un résumé, développer des diagrammes, des tableaux, des graphiques grâce à Bubbl.us ou à Spark (Adobe).
  • Évaluations authentiques: réflexions personnelles sur des expériences authentiques, travaux basées sur des projets concrets, pédagogie appréciative pour découvrir les expériences réussies, projets ou travaux liés à de l’apprentissage par le service à la communauté, création de portfolio.
  • Tests à réponses prédéterminées: questions à choix multiples, vrai-faux ou correspondances pour favoriser le rappel de faits ou de procédures, la compréhension de concepts ou de compétences, réflexion stratégique pour résoudre un problème.
  • Évaluations de groupe: au-delà des traditionnels travaux d’équipes, on peut envisager des questions socratiques pour susciter des discussions, l’examen par les pairs de toute production livrable (avant sa date d’échéance officielle), des collaborations via ConceptBoard, Packback, Sutori, Piazza, ou Padlet pour susciter de la résolution de problèmes ou de la pensée critique, des collaborations pour réaliser une évaluation (un calendrier sur Sutori, un wiki, une diapositive ou un document), la rédaction de questions de test avec réponses par les étudiantes et étudiants, etc.
  • Évaluations de synthèse: à la fin d’un cours ou d’un module, créer des nuages de mots via WordClouds.com, demander aux étudiantes et étudiants d’identifier le “point le plus nébuleux” du contenu, inviter les étudiantes et étudiants à résumer le contenu en une seule phrase, un seul mot ou une seule image; après une activité individuelle ou de groupe, créer une activité rétrospective telle que Thorn, Rose, Bud en utilisant Google Docs ou Word sur Office365.

Quant à eux, Aguiar, Howard et Wright croient que “l’une des meilleures façons de faire participer les étudiantes et les étudiants à la métacognition et à l’auto-évaluation est de les impliquer directement dans le processus de notation” et que “l’un des outils métacognitifs les plus précieux qu’un étudiant, une étudiante puisse acquérir est sa capacité à s’auto-évaluer et à réviser ses propres écrits.” Ils suggèrent deux façons d’y parvenir: des grilles d’évaluation générées par le groupe et des séances de notation collaborative.

Grille d’évaluation générée par le groupe
“Une façon de fournir aux étudiantes et étudiants un accompagnement vers l’auto-évaluation est de demander à toute la classe de générer collectivement la grille d’évaluation d’un travail. Pour que cette approche soit efficace, il est essentiel d’offrir aux étudiantes et étudiants l’occasion de réfléchir à ce qu’ils croient que devrait être la “réussite” de ce travail, idéalement par écrit. Cela peut être réalisé lors d’une activité d’écriture de mise en train…”

Séances de notation collaborative
“…La notation collaborative permet un dialogue plus étroit quant aux attentes spécifiques liées à un travail et montre aux étudiantes et étudiants que l’enseignante ou l’enseignant se soucie réellement de leur réussite […] [P]lutôt que la méthode traditionnelle consistant à couvrir le travail d’un étudiant d’encre ou de boîtes de commentaires avant de le lui renvoyer passivement (n’est-ce pas très asynchrone?), le fait de passer en revue un travail en personne [avec l’étudiante ou l’étudiant] contribue à favoriser son engagement et à garantir que les étudiantes et étudiants reçoivent la rétroaction dont ils ont besoin.”

…[F]aculty’s overall goal for a class should be developing students’ understanding and motivation to embrace the potential errors outlined in an assignment, take the feedback, and continue to work on the final draft and future assignments.  The student in question can take on the responsibility of participating in their own education, engaging the process instead of passively being led and lectured. Grades are constructed, rather than given.

Sources:

Aguiar,  Christian, Andrew Howard et Ahmad Wright, “Now More Than Ever: Why Collaborative Grading Works, Even Online“, Faculty Focus, 13 novembre 2020 

Major, Amanda et Miller Roslyn, “Keeping Students Engaged: How to Rethink Your Assessments Amidst the Shift to Online Learning“, Faculty Focus, 9 novembre 2020

Google délaisse son application de réalité virtuelle Tour Creator
Plaidoyer pour développer la littératie numérique à grande échelle

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Laisser un commentaire

fringilla id, ut vulputate, amet, neque. in odio mattis lectus Phasellus adipiscing