Cycles supérieurs Pédagogique

Amener les étudiants à prendre la parole à partir d’une taxonomie de Bloom!

Benjamin Bloom s’est fait connaître dans le monde de l’éducation dans les années 1950 lorsqu’il proposa une taxonomie pour classifier les apprentissages du domaine cognitif. Ce que plusieurs ignorent, c’est que lui et ses collègues chercheurs ont publié quelques années plus tard deux autres taxonomies : une pour les apprentissages du domaine psychomoteur et une pour les apprentissages du domaine affectif.

C’est cette dernière taxonomie que la professeure Patson, de l’Université d’État de l’Ohio, suggère d’employer pour délier la langue des étudiants lors d’activités de discussions ou de débats. Cette taxonomie permet d’explorer différents niveaux d’apprentissage basés sur un système de valeurs individuelles et collectives.

C’est un peu par hasard que la professeure Patson s’est aperçu que ses étudiants exploraient plus facilement les concepts et les notions lorsqu’on les interpellait sur la corde plus sensible de l’émotion ou du sentiment.

I was trying to lead a discussion about the treatment of psychological disorders by comparing and contrasting two case studies. I wanted students to understand the limits of treating psychological disorders just like any other kind of medical issue, however they were not engaging at all. Finally, exasperated, I asked, “How do you feel about these two different cases?” A woman in my class who had never spoken up said, “I feel bad!” A few other students agreed, and as I probed why they felt that way, they began to talk about inequitable access to mental healthcare and the limits of the medical model, exactly the issues I wanted them to consider.

Quelque temps plus tard, la professeure Patson a suivi une formation sur le design pédagogique dans laquelle on lui présentait la taxonomie du domaine affectif. Elle a alors pris conscience que beaucoup d’objectifs d’apprentissage dits “cognitifs” à l’université ont également une composante affective, mais moins apparente.

L’auteure nous invite donc à solliciter tant les habiletés cognitives qu’affectives pour développer la pensée critique chez nos étudiants. Elle pense que solliciter l’ouverture, l’engagement et le partage de valeurs au sein de leurs classes permet aux enseignantes et enseignants de rendre encore plus signifiante leur matière aux yeux des étudiantes et étudiants.

Source : Patson, N. D. Getting Students to Discuss by Channeling the Affective Domain, Faculty Focus, 29 Mai 2020.

Knowmia : la plateforme d'apprentissage en ligne qui renaît de ses cendres
Interne: À propos de l'innovation numérique responsable dans les universités

À propos de l'auteur

Daniel Genest

Daniel Genest

Laisser un commentaire

in eget id, sem, vulputate, Aliquam felis porta. elit.