Pédagogique Technologique Tendances sociétales

Ce que vous offrez n’est PAS de la formation en ligne

C’est du moins l’avis de plusieurs experts. Pour Hodges et al. d’EDUCAUSE, la formation alternative offerte en ligne en ces temps de pandémie serait plutôt de l’emergency remote teaching (ERT), que Jean-Marie Guillot, maître de conférences à Télécom Bretagne, traduit par « enseignement à distance en situation d’urgence » ou EDSU. La professeure Béatrice Pudelko de la TÉLUQ parle quant à elle de « non-présentiel » à la suite de Parker (1995).

Plusieurs auteurs rappellent qu’une formation à distance de qualité nécessite de six à neuf mois de préparation. Dans bien des cas, les enseignantes et enseignants qui ont offert ou offriront de l’EDSU n’ont eu qu’une ou deux semaines pour ajuster leur enseignement présentiel à un tout nouveau contexte.

Pour Hodges et ses collègues,
« The need to “just get it online” is in direct contradiction to the time and effort normally dedicated to developing a quality course. Online courses created in this way should not be mistaken for long-term solutions but accepted as a temporary solution to an immediate problem. […] Relative to other options, simple online content delivery can be quick and inexpensive, but confusing that with robust online education is akin to confusing lectures with the totality of residential education. »

De fait,
« …[M]any of the online learning experiences that instructors will be able to offer their students will not be fully featured or necessarily well planned, and there’s a high probability for suboptimal implementation. […] Thus, the distinction is important between the normal, everyday type of effective online instruction and that which we are doing in a hurry with bare minimum resources and scant time…»

Pour Jean-Marie Guillot, on est carrément dans une « modalité originale » de formation, basée sur le « transfert d’un cours présentiel en cours à distance, avec des consignes partagées dans l’urgence, et des ressources mises en ligne ». Selon lui,

« [c]ela se rapproche plutôt de cours « hybrides » dont le présentiel serait via des systèmes de visio. Le support technique nécessaire n’est pas le même, l’interaction est moins prédéfinie, et plus réactive. On est effectivement sur une autre modalité d’enseignement, un cours plus hybride que d’habitude, mais qui se rapproche de pratiques liées à l’orchestration d’activités et d’interaction avec un [environnement numérique de travail]. […] Cela donne plus de travail pendant la formation (d’autant que chacun adapte en temps réel), mais c’est également beaucoup plus flexible. »

Outre le fait que la rapidité de la transition n’a pas permis un développement pédagogique optimal, les auteurs consultés soulignent trois dimensions où l’EDSU s’éloigne d’une formation en ligne en bonne et due forme:

  1. le soutien technique et pédagogique offert – si important qu’il soit ou qu’il ait été – n’est pas habituellement prévu pour de l’assistance à aussi grande échelle;
  2. le soutien disponible pour les étudiantes et étudiants n’a pu être ajusté à leurs besoins particuliers;
  3. par conséquent, de telles formations ne devraient pas être évaluées de la même façon que des cours en ligne optimisés.

Le soutien technique et pédagogique offert aux enseignantes et enseignants

Dans un monde idéal, un tel passage du présentiel au distanciel devrait toujours être accompagné par des spécialistes de la formation à distance. Jean-Marie Guillot souligne les nécessaires limites de cet accompagnement dans le contexte d’urgence de la pandémie:

[u]n point important est qu’effectivement les équipes de soutien pédagogiques (numériques ou pas) ne sont pas dimensionnées pour accompagner le passage du présentiel au numérique de l’ensemble d’une université. Ces équipes font un travail remarquable, pour proposer des solutions opérationnelles, pour analyser des outils nouveaux, pour accompagner au travers de guides très pratiques, de webinaires… »

Dans la situation actuelle, il est possible que de nombreux enseignants et enseignantes doivent se mettre à bricoler des solutions chacun de leur côté. Pour Hodges et al….

« Faculty might feel like instructional MacGyvers, having to improvise quick solutions in less-than-ideal circumstances. No matter how clever a solution might be—and some very clever solutions are emerging—many instructors will understandably find this process stressful. »

Le soutien approprié offert aux étudiantes et étudiants

Béatrice Pudelko rappelle combien l’accompagnement des étudiantes et étudiants est essentiel, notamment en formation à distance, mais qu’il requiert nécessairement du temps

« L’interaction entre l’enseignant.e et les étudiants est un facteur de première importance de la réussite et de la persévérance dans les cours à distance, comme l’indiquent des méta-analyses récentes [Means et al., 2013, Bernard et al., 2009] […] Cette interaction, réalisée à l’aide de divers outils de communication, individualisée ou de groupe, permet à l’enseignant.e d’assurer une « présence à distance » à la fois cognitive et sociale. Or, interagir en ligne nécessite du temps, surtout lorsque la communication s’effectue au moyen de l’écrit, par courriel ou dans les forums de discussion… » [notre emphase]

Dans le même sens, les professionnels d’EDUCAUSE soulignent que, pour offrir de la formation en ligne de qualité, on cherchera à créer autour des étudiantes et étudiants toute un communauté d’apprentissage avec plusieurs formes de soutien disponibles, notamment celles « d’autres professionnels susceptibles d’apporter une aide méthodologique, psychologique ou administrative » (Pudelko).

« Consider how much infrastructure exists around face-to-face education that supports student success: library resources, housing, career services, health services, and so on. Face-to-face education isn’t successful because lecturing is good. Lectures are one instructional aspect of an overall ecosystem specifically designed to support learners with formal, informal, and social resources. Ultimately, effective online education requires an investment in an ecosystem of learner supports, which take time to identify and build. » [notre emphase]

Par ailleurs, pour réussir en formation à distance, les étudiantes et étudiants doivent acquérir un certain nombre d’habiletés méta-cognitives, autrement dit, ils doivent apprendre à apprendre en ligne…

  • Sans une discipline personnelle et familiale de fer, les étudiant.e.s à distance sont à haut risque d’abandonner, de ralentir ou de remettre à plus tard leurs projets d’études. […]
  • Étudier à distance demande de l’autonomie intellectuelle et des compétences méthodologiques acquises . Si ce n’est pas le cas, les étudiants ont besoin du temps pour « s’autonomiser » et pour acquérir ces compétences méthodologiques, dont certaines sont spécifiques à une discipline, d’autres plus « transversales ». (Pudelko, 2020)

Pudelko explique que c’est particulièrement vrai pour plusieurs catégories d’étudiants « appelés autrefois « non traditionnels » mais qui sont devenus les « traditionnels » dans nos universités » (étudiants de première génération, étudiants en retour aux études, étudiants avec besoins particuliers, étudiants en situations de handicap, etc.). « Ces étudiants […], et les femmes davantage que les hommes, vivaient déjà la fatigue, l’anxiété et le stress occasionnés par les difficultés de la conciliation travail-études ou travail-études-famille » ont besoin de mesures d’aide adaptées afin d’être soutenus dans leurs apprentissages et encouragés à rester accrocher à leurs études malgré le contexte de crise. [notre emphase]

Hodges et al. insistent quant à eux sur l’importance de baser toute formation – et à fortiori toute formation à distance – sur le design universel de l’apprentissage et autres approches inclusives, particulièrement alors que les ressources éducatives ne sont pas toujours toutes accessibles aux étudiantes et étudiants:

« Especially concerning is the degree to which the accessibility of learning materials might not be addressed during ERT. This is but one reason that universal design for learning (UDL) should be part of all discussions around teaching and learning. UDL principles focus on the design of learning environments that are flexible, inclusive, and student-centered to ensure that all students can access and learn from the course materials, activities, and assignments. » [notre emphase]

L’évaluation de l’enseignement à distance en situation d’urgence

En conclusion, s’il est exact que l’EDSU n’est pas de même nature que la formation en ligne, elle ne saurait donc être évaluée de la même façon. S’il importe évidemment de se demander si les apprentissages souhaités ont eu lieu, il semble encore plus important de réfléchir à la réponse institutionnelle face à ce genre de situations exceptionnelles…

« Le point sans doute le plus intéressant de [l’]article [d’EDUCAUSE] est la question de l’évaluation de cet « enseignement à distance dans l’urgence », qui ne se ramène évidemment pas à une simple comparaison de média. […]

La recommandation proposée par [Hodges et al.] est de s’intéresser plus particulièrement aux entrées/contributions et au processus, car ces aspects mettent en avant les éléments les plus critiques ([l’article] cite ici encore l’évaluation des étudiants, au travers d’un changement de notation mis en œuvre dans certains établissements). » [nos emphases]

« La question pour les institutions est donc fondamentalement leur capacité à gérer des crises plutôt que de valider si l’enseignement s’est bien déroulé. » (Guillot, 2020)

Jean-Marie Guillot suggère les trois axes d’évaluation suivants pour l’EDSU:

  • « les difficultés, et les innovations produites pour répondre à la crise d’un point de vue enseignement, et incidemment l’évolution professionnelle des enseignants (et des étudiants) ;
  • la capacité des institutions à gérer des crises pour mieux se préparer à la suivante ;
  • l’inscription dans une mutation qui ne fait que débuter en intégrant la question des valeurs. » [emphases dans le texte original]

Dans un contexte mondial fragile tant sur les plans sanitaire, politique, économique qu’environnemental, où d’autres pandémies, voire d’autres catastrophes, pourraient se multiplier, Hodges et al. soulignent le fait que l’EDSU (ou ERT en anglais) pourrait devenir une nouvelle compétence à développer pour tous les enseignantes et enseignants, soit la capacité à « se revirer de bord sur un dix sous » selon l’expression québécoises consacrée (i.e. changer son fusil d’épaule rapidement): « Thus, the possible need for ERT must become part of a faculty member’s skill set, as well as professional development programming for any personnel involved in the instructional mission of colleges and universities. »

Sources:

Guillot, Jean-Marie, « Enseigner à distance en situation d’urgence – Ce n’est pas de l’enseignement en ligne, C’est une mutation ! », Techniques innovantes pour l’enseignement supérieur (blogue personnel), 10 avril, 2020

Hodges, Charles, Stephanie Moore, Barb Lockee, Torrey Trust et Aaron Bond, “The Difference Between Emergency Remote Teaching and Online Learning“, EDUCAUSE, 27 mars 2020

Pudelko, Béatrice, “Étudier et enseigner à distance : trois leçons apprises utiles au temps de la crise“, Cognition et éducation, 7 avril 2020


Qualité de la formation à distance: 30 énoncés pour la vérifier
Passer d’un enseignement à distance en urgence à un enseignement à distance résilient

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

1 commentaire

  • Toujours autour du même sujet, ma collègue Francheska Gaulin me partage ce billet du technopédagogue Jacques Cool (Zecool), directeur de CADRE21 et qui a oeuvré 30 ans dans le milieu éducatif du Nouveau-Brunswick: Cool, Jacques, « Et maintenant, qu’allons-nous faire? », 19 avril 2020, m. à j. 23 et 25 avril 2020.

    En plus d’estimer qu’« il importe de poursuivre la dimension affective et relationnelle qui est amplifiée dans différents milieux virtuels en ce moment », Cool considère lui aussi que ne faut « pas établir un modèle d’apprentissage en ligne […] basé sur une réponse d’urgence ». Il a ces trois conseils pour les acteurs des pédagogiques et techniques des milieux de l’éducation:

    Rappel no.1 : Souvenez-vous qu’en ligne, tout est amplifié; ce qui est bien fait ET ce qui n’est pas bien fait.

    Rappel no.2 : Faire l’école en ligne n’est pas une réplique de l’école physique. Elle a son propre modèle.

    Rappel no.3 : Votre équipe de soutien TI fait partie de la solution.

Laisser un commentaire

velit, fringilla Aenean Curabitur efficitur. ipsum tempus consectetur elementum ut