Point chaud / en émergence Tendances sociétales

COVID-19 : l’occasion de revoir l’internationalisation?

La pandémie de COVID -19 qui sévit présentement partout dans le monde apporte son lot de conséquences : frein à la mobilité physique, fermeture d’établissements scolaires, distanciation sociale, isolement… Même si cette crise entraîne de nombreux bouleversements, on pourrait peut être y trouver du positif. C’est le point de vue de Kalyani Unkule, professeure et directrice des Affaires internationales et des initiatives mondiales à la Jindal Global Law School en Inde, qui pense que la crise reliée au coronavirus pourrait être l’occasion de revoir l’internationalisation de l’enseignement supérieur.

Selon la professeure Unkule, l’urgence de santé publique qui plane sur de nombreux pays devrait amener les établissements universitaires à se demander s’ils sont bien préparés à répondre aux besoins des étudiants internationaux qui ne sont pas en mesure de retourner dans leur pays d’origine, compte tenu de la situation actuelle. « Ont-ils été suffisamment bien intégrés dans leur société d’accueil ou, à la suite de la fermeture des campus, sommes-nous confrontés aux limites de notre portée et de nos relations au-delà des limites des infrastructures et ressources institutionnelles ? » De plus, est-ce que les établissements sont en mesure d’aider les étudiants internationaux qui doivent rentrer chez eux au niveau de leur sécurité financière et personnelle ? 

Pour Kalyani Unkule, les enjeux de mobilité physique qui émergent de la crise pourraient être l’occasion de repenser la mission des établissements universitaires et la mise en œuvre de l’internationalisation de l’enseignement supérieur pour favoriser une plus grande inclusion. En effet, l’accent est souvent mis sur la mobilité physique dans les études à l’étranger, ce qui discrimine les étudiants qui, faute de moyens financiers, ne peuvent y participer. 

Lorsque la crise sera terminée, les bureaux internationaux des universités seront peut-être en mesure de trouver des alternatives aux problèmes soulevés ci-haut et de repenser les programmes d’internationalisation des universités.

Source : 

Unkule, K. (21 mars 2020). An opportunity to change international higher education?University World News

Interne: Modalités de fin de trimestre dans diverses universités québécoises
COVID-19 : une pétition demande de suspendre le trimestre et de créditer les cours

À propos de l'auteur

Avatar

Annabelle Jomphe

Annabelle est étudiante en communication appliquée, incluant un cheminement coopératif en marketing, à l'Université de Sherbrooke et stagiaire à USherbrooke International.

Laisser un commentaire