Pédagogique Point chaud / en émergence Technologique Tendances sociétales

COVID-19: passer à la FAD en catastrophe

De nombreuses institutions d’enseignement se voient contraintes de fermer leurs campus physiques pour ralentir les éclosions de coronavirus. Au moment d’écrire ces lignes, outre les universités d’Italie, de la Grèce, du Danemark et de nombreuses universités asiatiques, on compte 172 universités et colleges américains, certaines au Royaume-Uni, de Belgique pour six semaines, celles de la France dès le 16 mars, celles de la Suisse en partie, bientôt l’Australie et, bien sûr, au Canada. [NDLR: Au moment même d’écrire ces lignes, j’apprends que les écoles, les cégeps et les universités du Québec sont fermées pour deux semaines].

Des directions d’universités, des gouvernements et même l’UNESCO souhaitent que les activités de formation se poursuivent à distance. Voir les communiqués de Stanford (6 mars), de Princeton et de la University of Washington (ces deux derniers du 9 mars).

Nombreux sont donc les enseignantes et enseignants qui doivent composer pour la première fois avec ces technologies afin de poursuivre et, éventuellement, de compléter la formation donnée ce semestre. Dans ce contexte, plusieurs ressources apparaissent pour accompagner ceux et celles qui s’y essaient.

Ainsi, un groupe d’universités américaines a créé un document Google afin de partager leurs plans et stratégies de continuité des opérations en enseignement. Voici le lien vers cette page qui porte le titre « Emergency Remote Teaching Guidelines ».

Sur la page Facebook Pédagogie universitaire – Enseigner et apprendre en enseignement supérieur, Amaury Daele, professeur associé à la Haute école pédagogique du canton de Vaud en Suisse, a également suggéré trois ressources intéressantes pour passer “rapidement” à un enseignement à distance:

Rachel Christine, une autre membre du groupe, a quant à elle proposé le Teaching Online Preparation Toolkit de l’Université de Floride.

Voici quelques conseils que j’ai retenus de ces lectures:

  • l’importance de clarifier les attentes que vous avez envers les étudiantes et étudiants quant aux échanges, aux travaux, aux remises, mais aussi quant à celles qu’ils peuvent attendre de vous et quant la façon dont votre cours va se dérouler dans les prochaines semaines (heures de bureau virtuelles, etc.);
  • l’importance de la rétroaction, indépendamment des exercices théoriques ou pratiques et des travaux demandés aux étudiantes et étudiants (“Students need to know what to do, how you want them to do it, how to submit it to you and how to get your feedback on their work.” (Moore et Hodges, 2020));
  • l’importance de la communication, le rappel que le téléphone, en plus du courriel, des messageries et des médias sociaux, permet de recréer le lien avec les étudiantes et étudiants malgré la distance;
  • l’importance de l’interaction: Entre vous et vos étudiants, bien sûr, mais aussi entre eux. L’apprentissage est souvent une expérience sociale. Un forum de discussion ou des séances de clavardage ouvertes peuvent permettre de restituer un peu de cette ambiance de classe;
  • l’importance de transmettre votre contenu en tenant compte du format en ligne (explications courtes (écrites, vidéo ou audio), une seule notion à la fois, etc.) et en tenant compte des caractéristiques particulières de certains étudiants (plus d’un format de diffusion, vidéos sous-titrées, etc.).

En termes d’équipement, les professeurs Stephanie Moore de l’Université de Virginie et Charles Hodges de la Georgia Southern University suggèrent:

  • ordinateur portable ou de bureau, ou une tablette;
  • casques ou écouteurs – le plus grand obstacle aux communications en ligne est la mauvaise qualité audio, alors assurez-vous d’avoir un casque ou des écouteurs ; c’est important pour éliminer les boucles de rétroaction audio [larsen], les bruits de fond et autres perturbations;
  • microphone – il peut être déjà intégré à votre appareil, ordinateur, caméra ou faire partie d’un casque séparé;
  • webcaméra – peut être déjà intégrée à votre appareil ou ordinateur;
  • Internet — tout cela nécessite un service Internet fiable ; un point d’accès sans fil sur un réseau à haut débit peut également suffire;
  • toile de fond — assurez-vous que ce que les étudiants voient derrière vous pour toute vidéo en direct ou enregistrée est propre et professionnel.
[Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)]

Surtout, comme le rappelle la professeure de psychologie Michelle Miller de la Northern Arizona University , “...[O]nline-teaching advocates are unanimous in cautioning that these options for salvaging the semester are not to be confused with the kind of intentional design that’s needed to create high-quality online offerings over the long run.

…Les partisans de l’enseignement en ligne sont unanimes à mettre en garde contre la confusion entre ces options de sauvetage du semestre et le type de conception intentionnelle nécessaire pour créer des offres en ligne de haute qualité sur le long terme. (Professeure Michelle Miller, 9 mars 2020, traduction libre)

Enfin, pour ceux qui voudraient un point de vue plus personnel et caustique sur la situation, la professeure adjointe en sociologie à la Arkansas State University Rebecca Barrett-Fox a publié sur son blogue le billet “Please do a bad job of putting your courses online“. Elle y explique aussi que, selon elle, la situation d’urgence n’est pas le meilleur moment de développer un cours à distance de qualité. Il faut pallier au plus pressant.

Elle rappelle avec beaucoup de justesse que les étudiantes et étudiants sont aussi en situation de crise, alors que plusieurs risquent de perdre leurs emploi temporaire (tourisme, restauration), de devoir composer avec des enfants à la maison ou encore de se retrouver au front pour faire face à la crise (notamment dans le système de santé). Leur attention sera sollicitée par bien d’autres choses que leurs cours nouvellement en ligne…

Sources:
AFP, « Plus de cours en classe, formation en ligne dans 40 universités américaines », La presse, 10 mars 2020

Barrett-Fox, Rebecca, “Please do a bad job of putting your courses online” (blogue personnel), 12 mars 2020

Canadian Bureau of International Education, Effective online learning during times of crisis, (formation dans le calendrier d’événements de l’organisme), 2020

Miller, Michelle, “Going Online in a Hurry: What to Do and Where to Start“, The Chronicle of Higher Education, 9 mars 2020

Moore, Stephanie et Charles B. Hodges, “So You Want to Temporarily Teach Online“, Inside Higher Ed, 11 mars 2020

Reis, Rick, “Tool Kit for Online Instructors” (message 1778) dans Tomorrow’s Professor Postings, Stanford University [sans date; mars 2020]


Apprentissage expérientiel: qu'est-ce qu'une "expérience concrète"?
À la recherche d'images modifiables et gratuites?

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

4 Commentaires

  • Merci pour ce billet pertinent en cette période de turbulence! J’agis depuis moins de trois mois à titre de technopédagogue pour un programme et votre article nous donne quelques pistes. MERCI!

  • Merci pour ce texte! Outre l’état de situation, les plans, les stratégies, les ressources et les conseils; je retiens la dernière mise en garde de la professeure Rebecca Barrett-Fox qui nous incite à faire preuve de prudence, de souplesse et de bienveillance envers les étudiantes et étudiants qui vivent aussi en période de turbulence.

  • Francheska Gaulin nous signale également cet article canadien qui semble aller dans le même sens:

    Edinger, Andrea et Mary Chaktsiris, “Faire le nécessaire : enseigner au temps de la COVID-19“, Affaires universitaires, 19 mars 2020:

    En plus des conseils proposés jusqu’à présent, ajoutons ceux de se simplifier la vie sur le plan technologique, de se concentrer sur l’apprentissage et d’être indulgent envers soi-même

  • Nouvel article sur le même sujet d’une professeure de la Faculté de droit à l’Université d’Ottawa, dans le magazine web La Conversation:

    Levesque, Anne, “Covid-19 : voici comment les profs peuvent enseigner à distance“, La Conversation, 19 mars 2020

    Pas de grande nouveauté, sinon un conseil qui m’apparaît fondamental:

    “Dans plusieurs cours universitaires, [l’application des connaissances et des compétences (activités diverses) et les évaluations] sont souvent combiné[e]s. Ceci fait en sorte que la première et seule occasion offerte aux étudiants d’appliquer leurs connaissances est dans le cadre d’une évaluation. Il n’est pas nécessaire que ce soit ainsi. En fait, il est particulièrement important dans les cours en ligne de donner aux étudiants l’occasion d’appliquer leurs connaissances avant l’évaluation finale. Sans le contact visuel avec les étudiants, il faut prendre des mesures pour s’assurer qu’ils sont sur la bonne voie et comprennent bien la matière avant l’évaluation finale.”

    Par ailleurs, quant à ce qui est de tenir compte des situations particulières des étudiantes et étudiants, elle ajoute une dimension qui me semble essentielle:

    “Essayez également de tenir compte de la situation financière de vos étudiants. De nombreux étudiants ne peuvent pas se permettre des forfait accès Internet illimités. C’est une autre raison pour éviter d’envoyer aux étudiants de gros fichiers vidéo de vous-même.”

Laisser un commentaire

dolor. Aliquam sem, Donec lectus ut venenatis, felis