Cycles supérieurs Tendances sociétales

Le multi- et l’hyper-authorship : du sable dans l’engrenage des analyses d’impact des publications scientifiques

L’Institute for Scientific Information (ISI) a publié en décembre 2019 le rapport Multi-authorship and Research Analytics dans lequel on apprend que les articles avec plus de 100 auteurs et, ou provenant de plus de 30 pays (phénomène qu’on appelle hyper-authorship) viennent brouiller les analyses d’impact et devraient être retirés des analyses nationales et internationales.  En effet, bien qu’encore peu nombreux, ces articles augmentent tellement les taux de citation qu’ils créent une véritable distorsion du facteur d’impact des publications scientifiques pour chaque auteur.  Cette distorsion avait déjà été notée pour le multi-authorship (articles à plus de 10 auteurs); avec l’hyper-authorship, elle atteint de telles proportions que les auteurs du rapport font les deux recommandations suivantes.

  • That the presence, in any sample, of articles with more than 10 authors should be acknowledged and separately described because it will influence interpretation. Although multi-authorship leads to higher impact, this link is coherent, progressive and regular for most (but not all) discipline categories and for some fields there is little or no effect. No change needs to be made to data management or analytics in this regard.
  • That articles with hyper-authorship, beyond 100 authors and/or 30 countries, be treated differently. These articles are, to put it simply, different: they have unpredictable, incoherent effects that can sometimes be very large. There is a strong argument for removing such data from all associated analyses at national as well as at institutional level. Hyper-authorship produces particularly different and erratic patterns across Clinical Medicine and Particle Physics. The effects do not fit into a broader pattern, are not repeated across all disciplines and are far from consistent. The presence of such articles may be significant, even distorting, at institutional level.

Le rapport est en soi fort intéressant.  Il aborde les questions suivantes.

  • Les tendances en termes de nombre d’auteurs et de pays
  • Le multi-authorship selon les disciplines
  • Les collaborations internationales selon les disciplines
  • L’influence des auteurs et des pays sur les taux de citation
  • Les variations d’impact selon les disciplines
  • Les pays les plus touchés

Source O’Malley, Brendan.  Hyper-authorship skews science literature impact analysisUniversity World News.  14 décembre 2019.

Les universités, lieux de débats à tout prix?
Pour aller au-delà des "soft skills" et de la logique des compétences transversales

À propos de l'auteur

Sonia Morin

Sonia Morin

Sonia Morin est linguiste de formation et se passionne, entre autres choses, pour les études supérieures, la pédagogie universitaire, l’intégrité et les littératies numériques. Elle aime explorer les angles morts et remettre en question les évidences. Elle est convaincue que le 21e siècle sera éthique ou ne sera pas.

Laisser un commentaire