Tendances sociétales

Certaines universités britanniques songent à limiter les déplacements aériens

Inside Higher Ed fait état d’un rapport commandé par une université britannique.  On y recommande que les universités réduisent les déplacements aériens de 50 % d’ici 2025 et de 75 % d’ici 2030. L’objectif : réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il ne nous a pas été possible de retracer ce rapport qui aurait été présenté dans le cadre d’une Commission climatique lancée pour le secteur de l’enseignement postsecondaire au Royaume-Uni.

Des universités d’autres pays auraient déjà pris des actions en ce sens. L’Université KU Leuven appliquerait une taxe de 40 euros par tonne de carbone émise pour les déplacements aériens, taxe réinvestie dans des projets “verts”. Mais certains souhaitent que l’on cherche plus concrètement à réduire à la source les émissions, dont les déplacements.

Une façon évidente consiste, bien sûr, à favoriser les rencontres à distances plutôt qu’en personne. L’article fait état d’une conférence rassemblant 347 participants répartis en 40 “hubs” (pôles) qui semble un exemple positif.

One group of physicists from the U.K., the U.S., Australia, Switzerland and Canada has organized an online conference with regional hubs across the world to enable participants to network face-to-face while reducing their carbon footprint. So far 347 people have registered to attend across 40 hubs.

Andrea Armani, Ray Irani Chair in Chemical Engineering and Materials Science at the University of Southern California and one of the organizers of the event, said that virtual conferences can “reinforce the idea that science is done alone,” but “we wanted to overcome that stereotype and bring together researchers across age groups and try to create a smaller sense of community locally.”

Les déplacements internationaux sont une question épineuse dans les universités.  D’un côté, les personnes chargées de la gestion écoresponsable se réjouissent qu’on soulève cet enjeu, puisque ces déplacements sont une source importante de gaz à effet de serre en croissance constante. De l’autre, les services de relations internationales universitaires n’aiment pas beaucoup se faire questionner sur cet enjeu.

Source : Bothwell, E. British Universities Urged to Limit Flights. Inside Higher Ed. 27 novembre 2019

Réussites, enjeux et défis pour la formation universitaire québécoise selon le Conseil supérieur de l’éducation
Une plainte étudiante ne justifie pas d'empêcher un professeur d'enseigner

À propos de l'auteur

Véronique Bisaillon

Véronique Bisaillon

Véronique Bisaillon est conseillère pédagogique en développement durable. Elle s'intéresse aux transformations qui s'opèrent actuellement visant à rendre nos sociétés plus écoresponsables et durables. Elle observe le tout par la lunette de l'éducation et de l'enseignement.

Laisser un commentaire