3 questions pour mieux définir la réussite étudiante

Un article publié récemment par EDUCAUSE apporte une éclairage fort intéressant pour mieux comprendre les différents enjeux relatifs à la réussite étudiante.  Au printemps dernier, un panel formé d’experts a reçu comme mandat de définir ce qu’est la réussite étudiante ainsi que d’articuler les liens entre la réussite et les programmes de formation offerts par les universités.

Trois questions ont orienté la réflexion et les travaux du comité:

  1. Qu’est-ce qu’on entend par la réussite des étudiants, tant pour l’établissement que du point de vue des étudiants?
  2. Comment mesure-t-on concrètement la réussite des étudiants?
  3. La réussite des étudiants est-elle située au coeur de la mission des établissements d’enseignement supérieur, ou est-elle plutôt considérée comme étant la responsabilité de secteurs identifiés comme étant les porteurs du dossier?

La définition retenue par le groupe fait ressortir l’importance du maillage à établir entre les personnes en charge du dossier et l’utilisation de technologies afin de soutenir la réussite étudiante:

Student success community programs promote student engagement, learning, and progress toward the student’s own goals through cross-functional leadership and the strategic application of technology. (NDLR: nos emphases)

Une série d’actions prioritaires est à considérer pour mettre en place des conditions gagnantes.  Elles vont inclure:

  • des changements organisationnels et culturels, en adoptant une approche centrée sur l’étudiant;
  • un leadership fort pour gérer le changement, pour définir les cibles pour les résultats escomptés et effectuer les changements requis pour y arriver;
  • l’amélioration des processus d’affaires et le déploiement de solutions facilitant la gestion des connaissances dans une perspective étudiante;
  • conseiller les acteurs des services de soutien et de conseil auprès des étudiants en les informant et en les outillant pour mieux répondre aux besoins des étudiants;
  • développer la possibilité de collecter, de gérer et d’analyser des données à l’échelle institutionnelle;
  • fournir des environnements d’apprentissage pouvant aider les professeurs à déterminer et à évaluer les apprentissages, identifier des possibilités de perfectionnement pour améliorer la qualité de l’enseignement et de l’évaluation, ainsi que partager les innovations et les pratiques exemplaires en enseignement;
  • mettre en place un cadre visant l’amélioration continue, entre autres pour faciliter l’évaluation des systèmes à l’aide des données issues de l’activité des étudiants et de la recherche.

Un point qui m’interpelle plus particulièrement est la complexité liée à la mise en oeuvre d’une stratégie coordonnée, où les solutions technologiques n’arrivent qu’après avoir bien défini le profil désiré de l’étudiant.  Je fais le parallèle entre les fonctionnalités des outils d’analytiques des apprentissages qui peuvent s’avérer plus ou moins utiles si l’on n’arrive pas à poser les bonnes questions pour guider l’analyse des données disponibles.

À lire!

Source: Pelletier, Kathe. Student success: 3 big questions. EDUCAUSE Review, 14 octobre 2019.

Une plateforme web d'apprentissage expérientiel pour les Franco-Ontariens
Compétences informationnelles des étudiants du réseau des UQ: encore du travail à faire...

Exprimez-vous !

*