De l’autre côté du globe, problèmes inversés? Les diplômés australiens peinent à se placer

Moins de 73 % des récents diplômés australiens travaillent à temps plein dans leur domaine d’études.  Avant 2008, c’était 85 %.  Par ailleurs, le nombre de diplômés sous-employés (surqualifiés?) serait passé de 10 à 20 % depuis 2008.

Le pourcentage des jeunes de 15 à 24 en emploi précaire (casual jobs) à temps plein serait passé de 10 % en 1992 à 21 % en 2017.  En fait, 18 % des Australiens de 15-24 ans travaillant à temps plein cumuleraient plusieurs emplois précaires afin de dégager un revenu suffisant pour survivre.

Un marché universitaire très compétitif en Australie aurait créé cette situation, selon les auteurs de l’étude Many of the problems facing new graduates looking for work stem from an “intensely free-market, dog-eat-dog” environment in which Australia’s universities operate, and this is creating a “haphazard experience” for graduates seeking work.

Taux de placement des diplômés australiens selon les filières disciplinaires

  • Médecine: 95 %
  • Enseignement, ingénierie et sciences infirmières:  entre 79 % et 83 %
  • Gestion et affaires: 78 %
  • Droit et secteur paralégal: 77 %
  • Sciences et mathématiques: 65 % (ce, malgré une pénurie annoncée de diplômés dans ces domaines)
  • Communications: 61 %
  • Arts et création: 52 %

Une chose reste la même dans les deux hémisphères : les compétences recherchées par les employeurs:

They point out, too, that employers are not necessarily focused on particular study outcomes so much as the skills a graduate possesses: Most in demand are personal abilities such as critical thinking, creativity, problem-solving, communication and leadership.

“Employers especially want employees with good verbal, social, problem-solving and communication skills,” the researchers say.

“Despite the popular derision of arts degrees, industry leaders actually want more arts graduates in their workforce because of their training in abstract, critical methods of inquiry,” they report.

“Many Australian employers in creative digital fields, for instance, now prefer employing humanities and social sciences graduates (rather than programmers), precisely because they ‘know how to learn’.” [nos emphases]

Source: Malsen, Geoff, « Australia – Graduates are struggling to find full-time employment », University World News, 30 octobre 2019

Acteurs du changement: défis pour la formation, partage de projets concrets... (Rapport d'étonnement)
Rapport d'étonnement, colloque CIRTA 2019 (1re partie de 2)

Exprimez-vous !

*