Enjeux syndicaux, pédagogiques et sociétaux de la formation à distance

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) a publié en mai 2019 un rapport intitulé L’enseignement à distance : Enjeux pédagogiques, syndicaux et sociétaux. Ce rapport fait l’état des lieux des enjeux relatifs à l’enseignement à distance de ses origines à sa croissance actuelle. Les analyses présentées dans ce rapport permettent de dégager des balises relatives aux conditions acceptables de travail en contexte d’enseignement à distance.  On y retrouve une série de recommandations comme les suivantes :

Proposition 1

Que la FNEEQ travaille à encadrer et à baliser le développement de l’enseignement à distance, sur la base des principes et des critères des propositions suivantes.

Proposition 2

Que l’enseignement en présentiel soit privilégié et maintenu en tout temps et que l’enseignement à distance soit offert en complément et non en remplacement de celui-ci afin qu’il demeure un choix à la fois pour les étudiant-es et pour les enseignant-es.

Proposition 3

Que la qualité et la richesse des interactions ainsi que le développement de compétences relationnelles et communicationnelles soient garantis autant dans les cours à distance que dans ceux en présentiel.

Que l’enseignement à distance permette le développement des personnes sur les plans humain, citoyen et professionnel et qu’il leur permette de développer leur autonomie et leur esprit critique.

Proposition 4

Que l’enseignement à distance soit offert dans des situations de réel problème d’accessibilité (contraintes physiques, familiales, professionnelles ou géographiques) et non dans une perspective de concurrence ou dans un but d’économies, aux dépens du personnel enseignant et d’encadrement.

Proposition 5

Qu’un financement adéquat de l’enseignement en présentiel, notamment en région, soit priorisé;

Que l’enseignement à distance, une fois justifié et approuvé de manière collégiale, reçoive un financement étatique adéquat permettant notamment :

  • d’offrir des conditions se rapprochant le plus possible de celles de l’enseignement en présentiel;
  • d’offrir une formation adéquate aux enseignant-es;
  • d’offrir un support pédagogique adéquat;
  • de fournir du matériel informatique fiable, performant et facile à utiliser;
  • d’offrir un support technique en tout temps;
  • d’encadrer les étudiant-es convenablement, notamment par un nombre maximal acceptable d’inscriptions étudiantes.

Que soient clarifiés les budgets associés à l’enseignement à distance et que leur utilisation n’ait pas pour effet d’augmenter la précarité des emplois.

Proposition 6

Que l’enseignement à distance se fasse dans un cadre de travail décent :

  • préservation de l’unité de la tâche enseignante (pour contrer, ainsi, la fragmentation-taylorisation de celle-ci);
  • respect de l’autonomie professionnelle des enseignant-es, notamment quant au contrôle du contenu du cours et de sa mise à jour;
  • respect du droit d’auteur des enseignant-es, notamment quant au contenu des cours, au matériel pédagogique et aux captations vidéos produits par ceux-ci ou celles-ci, entre autres pour empêcher le transfert du cours à d’autres personnes, sans autorisation ou sans entente;
  • reconnaissance du temps de travail supplémentaire induit par l’enseignement à distance;
  • rémunération ou reconnaissance dans le temps de travail de la formation et de la mise à jour des compétences.

Proposition 7

Que le développement et la gestion de l’offre de cours de l’enseignement à distance soient coordonnés nationalement et de manière décisionnelle selon des modalités prévoyant une large participation, idéalement paritaire, pour les enseignantes et enseignants;

Que cette coordination assure le maintien d’une diversité dans l’offre de cours et de programmes;

Que cette visée tienne compte des particularités propres à chaque niveau d’enseignement et avec une préoccupation particulière pour les régions.

Proposition 8

Que les instances concernées soient consultées avant toute mise en œuvre de cours en ligne.

Proposition 9

Que soit exclue toute forme de sous-traitance des tâches liées à l’enseignement à distance.

Proposition 10

Que la FNEEQ se documente sur ce qui se fait ici et ailleurs en lien avec le développement du eCampus et qu’elle revendique une participation active aux discussions et décisions visant la création et l’implantation du eCampus québécois afin d’y défendre ses positions.

Bonne lecture !

Sources : Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (2019). L’enseignement à distance : Enjeux pédagogiques, syndicaux et sociétaux. Rapport présenté au conseil fédéral (1er, 2 et 3 mai 2019).

Un site d'illustrations pour vos productions multimédias
Multiplication des formations courtes dans les écoles d’ingénieurs françaises

Exprimez-vous !

*