S’adapter aux besoins du « nouvel étudiant majoritaire » (dit ‘adulte’)

Suggestions de notre collègue Marc Couture, trois articles qui vont dans le sens de mieux répondre à ce que certains auteurs appellent désormais le new majority student:  un étudiant plus vieux, qui travaille le plus souvent pendant ses études, qui a parfois déjà des enfants, déjà une expérience de travail…   Cet étudiant « non-traditionnel » composerait jusqu’à 75 % de l’effectif des colleges américains d’après ces articles.  Jusqu’à 40 % étudieraient désormais à temps partiel (25 % dans les institutions de 4 ans et jusqu’à 66 % dans les community college).  Tout cela dans un contexte de formation tout au long de la vie.

D’abord, un texte de Marie Cini, présidente du Council for Adult and Experiential Learning, où elle fait notamment part des trois observations suivantes:

  • The era of one-and-done learning is over (L’ère de l’apprentissage « une fois pour toute » est révolue)

Les gens devront régulièrement retourner se former pour s’adapter aux changements technologiques, sociaux, réglementaires, etc.

  • Learning and earning is no longer an either/or (Apprendre ou gagner sa vie n’a plus à être un choix)

Il est maintenant possible d’étudier tout en travaillant.  Plusieurs s’en acquittent au moyen de la formation en ligne, de la formation offerte par l’employeur, etc.

  • Institutions and employers need to think differently (Les institutions et les employeurs doivent penser différemment)

Dans le cas de ce dernier point, elle estime que les enseignants et les administrateurs universitaires fonctionnent avec un portrait des étudiants tiré de la culture populaire, qui a de moins en moins à voir avec la réalité actuelle…

Institutions should develop shorter-length courses and more flexible delivery formats so adults can better fit learning into an already busy life. And, importantly, they should provide students with specific academic supports designed and targeted for adults who are largely unfamiliar with the ins and outs of the idiosyncratic university environment, and who are juggling many responsibilities with their academic goals.(Marie Cinie)

Un second article de Field et Carapezza parle de la durée des études des étudiants à temps partiel.  Que ce soit pour des raisons financières ou d’agenda, des études qui s’étirent augmentent les chances d’abandon…  « Fewer than one in five students who go part time will graduate within even eight years » (Moins d’un étudiant à temps partiel sur cinq obtiendra son diplôme en huit ans.)  Pourtant, ces étudiants ne sont pas toujours pris en compte par les statistiques et ils se sentent souvent invisibles au sein d’un système fait pour les étudiants à temps plein.

C’est pourquoi de plus en plus d’institutions américaines tendent à offrir des cours en soirée ou la fin de semaine, des plages qui conviennent davantage à ces étudiants, mais moins aux enseignants.  On essaie aussi d’aider les étudiantes et étudiants à migrer vers le temps plein, où les études avancent plus rapidement et où les satisfactions sont plus immédiates.

Enfin, une entrevue avec Scott Pulsipher, le recteur de la très innovatrice (agressive?) Western Governors University, où la microcertification [badges et autres] devient une façon sanctionner plus rapidement des gens déjà sur le marché du travail ou qui souhaitent l’intégrer rapidement.  Qu’il s’agisse de programmes déjà existants que l’on « dissocie » (unbundle) ou de programmes modulaires où les microcertifications s’accumulent (stack) jusqu’à l’obtention d’une sanction plus traditionnelle, souvent ces certifications sont développées en collaboration avec des entreprises.  Les microcertifications permettent des gains plus granulaires…

…We think the pathway to achieving the degree is through microcredentials or microcertifications. Subdegree and post-degree, you’ll have a series of microcredentials that have transferability, portability and stackability such that if you acquire a credential in medical coding, you don’t have to start over to pursue a medical assistant credential or go into nursing. (Scott Pulsipher)

Sources:

Busta, Hallie, « Why Western Governors U thinks microcredentials are the path to degrees« , Education Dive, 24 septembre 2019

Cini, Marie, « We all have a lot to learn from nontraditional learners« , Education Dive, 23 septembre 2019

Field, Kelly et Kirk Carapezza, « Colleges and states turn their attention to slow-moving part-time students« , The Hechinger Report, 19 septembre 2019

 

 

Favoriser l'accès aux études postsecondaires: ça se joue entre la maternelle et la douzième année (Ontario)
Le Climatoscope, nouvelle revue de vulgarisation à propos des enjeux relatifs au climat

Comments

  1. Antoine Giguère a écrit

    Ne plus avoir à choisir entre «apprendre» et «gagner sa vie». Très inspirant! Il s’agit d’une façon de voir la vie que j’achète! Et comment pouvons-nous ajuster nos programmes d’études à cette réalité contemporaine? En changeant d’abord notre façon de concevoir les programmes d’études, assurément, mais également dans la façon de les déployer au quotidien. L’Université d’aujourd’hui est-il adaptée à cette vision d’actualité?

Speak Your Mind

*