Tendances sociétales

Urgence climatique, manifestera ou manifestera pas?

Dans le contexte où les enjeux climatiques sont cruciaux pour l’avenir de l’humanité, à quelques jours de la grève pour le climat prévue le 27 septembre prochain, de nombreux établissements permettront à leurs élèves ou étudiants de prendre part à la grève.

La Presse rapportait samedi dernier que “les deux tiers des collèges publics ainsi que de nombreuses universités du Québec ont décidé d’appuyer le mouvement en prévoyant l’annulation des cours pour une partie de la journée, afin de permettre aux élèves, aux étudiants et au personnel de marcher dans les rues.”

Des journées pédagogiques, des levées de cours de quelques heures à une demi-journée, des activités de sensibilisation, voilà l’essentiel des mesures prises.

HEC Montréal, l’Université de Montréal, l’Université Concordia, l’UQO, l’UQAC, l’UQTR, l’UQAM et l’Université de Sherbrooke ont libéré une plage horaire le 27 en après-midi. L’Université Laval et Polytechnique Montréal refuse d’aménager l’horaire. La situation n’est pas connue pour McGill.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a, quant à elle, décrété une journée pédagogique. Du côté des écoles secondaires sherbrookoises, la possibilité s’offre aux élèves des quatre écoles publiques de manifester aux côtés de La Planète s’invite à l’UdeS.

Une position politique en fragile équilibre

Les établissements d’enseignement doivent trouver une position d’équilibre. Les universités et les collèges sont à la fois des alliés pour les groupes étudiants qui militent à propos du climat autant qu’ils incarnent aussi le système que l’on souhaite abolir. D’un côté, les manifestations du 27 septembre prochain qui se tiendront un peu partout sur la planète s’annoncent être parmi les plus importantes que l’humanité n’ait jamais connues. Différentes versions de déclarations d’urgence climatique signées par des directions d’établissement circulent. Des établissements sont donc bel et bien engagés pour le climat.  De l’autre, il y a les enjeux administratifs et le précédent qu’une prise de position institutionnelle téméraire pourrait occasionner. On cautionne la cause mais pas le moyen. Le ministre de l’éducation et le premier ministre du Québec ont par ailleurs tôt fait de rappeler, à la suite de l’annonce de la CSDM, qu’ils s’attendaient à ce que les enseignants soient au travail.  On peut s’inquiéter de certaines dérives, comme la majoration de 2 % sur la note finale offerte par un professeur dans un cours de philosophie offert à l’Université Bishop’s.

Au lendemain de la grève qui aura permis de gonfler à bloc les troupes – voire une vaste majorité de gens pour qui la rue n’a jamais été dans leur pratique citoyenne -, lorsque l’euphorie se sera dissipée, comment passerons-nous de la déclaration à l’action?

La décision de la direction à l’UdeS

Dans les nouvelles de l’UdeS, on peut y lire que

“la direction de l’Université et les directions facultaires ont convenu de ne pas programmer d’activités pédagogiques (y compris les activités d’évaluation) le vendredi 27 septembre 2019, entre 12 h et 14 h 30, afin de faciliter la participation aux activités qui se dérouleront dans le cadre du mouvement La planète s’invite à l’Université.

La libération de la plage horaire de 12 h à 14 h 30, le 27 septembre 2019, vise les activités pédagogiques de tous les programmes, quel que soit le cycle d’études. Elle s’applique à tous les campus.

Les membres du personnel ont la possibilité, dans le respect de leur convention collective, de participer à la manifestation. Des membres du comité de direction et des directions facultaires participeront à la marche.”

Sources : 

Béland, G. Grève pour le climat: pas d’enseignants dans la rue, prévient Legault. La Presse. 18 septembre 2019

Charette, G. À Bishop’s, 2% de plus sur le bulletin pour manifester pour le climat. Radio-Canada Estrie. 13 mars 2019

Duval, A. Plus de 12 000 étudiants en faveur de la grève pour le climat à l’Université Laval. Radio-Canada.  27 septembre 2019

Université de Sherbrooke.  L’Université de Sherbrooke facilite la participation aux activités du mouvement La planète s’invite à l’Université. Nouvelles UdeS. 19 septembre 2019

Pion, I. Les établissements et les étudiants se préparent pour la manifestation pour le climat. La Tribune. 18 septembre 2019

S.A. Marche pour le climat: pas de levée de cours à Polytechnique Montréal. Radio-Canada. 18 septembre 2019

Interne: Le campus MIL de l'UdeM s'anime (revue de presse)
Climat, un vaste projet pédagogique?

À propos de l'auteur

Véronique Bisaillon

Véronique Bisaillon

Véronique Bisaillon est conseillère pédagogique en développement durable. Elle s'intéresse aux transformations qui s'opèrent actuellement visant à rendre nos sociétés plus écoresponsables et durables. Elle observe le tout par la lunette de l'éducation et de l'enseignement.

Laisser un commentaire