Utilisation de médias sociaux en classe: les bonnes questions

Bien qu’il aborde le même sujet que bien d’autres documents qui circulent sur le Web dans le moment, cet excellent diaporama de Jim Pettiward, professeur d’anglais à la London Metropolitan University, a le mérite d’être solidement ancré dans la littérature sur l’apprentissage, de s’appuyer sur une expérimentation concrète en classe, ainsi que de s’attarder aux bonnes questions permettant une réflexion générale sur l’utilisation des médias sociaux en formation.  Dans cette présentation intitulée « Using social software to enhance learner engagement », l’auteur montre qu’il a bien réfléchi avant d’utiliser les médias sociaux dans son cours:

  • Il postule un « troisième espace » entre l’espace public de l’université et les espaces privés créés par les groupes sociaux.  C’est cet espace qu’il veut investir pour augmenter l’engagement des étudiants;
  • Il se demande s’il est vraiment nécessaire de créer de nouveaux outils pour permettre les interactions relatives à l’apprentissage.  C’est ce qu’il l’amène à favoriser l’utilisation de Facebook, mais en créant une « Fan page » pour son cours.  Il combine cette utilisation avec Blogger et Delicious;
  • Ses choix lui permettent d’éviter des situations délicates causées par l’utilisation de médias sociaux par des enseignants (« No need to become « Friends » with students and risk potentially awkward situations  »)
  • Dans sa volonté de rejoindre les étudiants là où ils sont avec des outils qui leur sont familiers, il se demande avec justesse: « Are we trespassing? »
  • Il est conscient des limites des outils: « Facebook may not be suitable for assessed work and production of content ».
  • Il pose d’intéressantes questions pour approfondir sa réflexion (notamment sur le développement des compétences informationnelles et la construction de l’identité numérique des étudiants, ainsi que sur le rôle d’accompagnateur des enseignants)

Via @frederic_dufour

Interne : Rencontre avec des conseillers pédagogiques de Grenoble
Interne : Le bac se déprécie

Exprimez-vous !

*