Des diplômés choisiront leur travail en fonction des préoccupations écologiques des employeurs

Le contexte de la pénurie de main d’oeuvre serait-il propice à favoriser la transition écologique? C’est le levier qu’utilisent des étudiantes et étudiants français à l’origine du Manifeste étudiant pour un réveil écologique selon ce que rapporte Le Devoir. Le manifeste en appelle à une mobilisation générale en interpellant plus spécifique les entreprises de façon à ce qu’elles placent « les logiques écologiques au coeur de leur organisation et de leurs activités« .

Forts de milliers de signatures, Corentin Bisot et l’équipe du manifeste ont ensuite entrepris de rencontrer la direction de grandes entreprises dans l’Hexagone, invoquant une sorte de complicité intergénérationnelle : « Ces patrons ont fréquenté les mêmes écoles que nous, explique M. Bisot. Ils ont vu que, même si nous n’étions pas des écolos aux cheveux longs et portant la barbe, nous portions un message relativement radical. Certains ont dû se dire que, s’ils avaient eu notre âge, ils auraient été à notre place. »

[…]

« On a vite découvert que la question du recrutement était très critique pour les entreprises, raconte-t-il. On a un vrai pouvoir en disant “on va choisir notre entreprise selon ces critères-là”, c’est quelque chose qui a fait consensus parmi les gens qu’on a rencontrés. Ils ont du mal à recruter, ils ont du mal à avoir des salariés motivés par le projet de l’entreprise, et ils ont du mal à les garder. »

En plus de s’adresser directement aux entreprises, les instigateurs du manifeste visent également améliorer la formation de façon à ce que les étudiants des grandes écoles françaises soient formés sur les questions de changement climatique et d’érosion de la biodiversité.

Source: Riopel, Alexis. 2019. Des étudiants menacent de bouder les pollueurs. Le Devoir. 4 juin 2019.

Pratiques d’attribution du titre d’auteur pour un article biomédical : aggravation!
Interne: "Conçois ta propre classe": imaginer une classe d'apprentissage actif, façon UQAM

Exprimez-vous !

*