L’avenir du monde du travail (World Economic Forum)

La quatrième révolution industrielle combinée à d’autres facteurs socio-économiques et démographiques engendre des changements sur le marché du travail. Pendant que de nouvelles catégories d’emplois vont apparaître, les emplois actuels vont se transformer.  Les compétences requises sur le marché du travail vont changer.

Le World Economic Forum (WEF) a publié en septembre 2018 un rapport sur l’avenir de l’emploi qui a pour objectif de fournir des informations précises sur l’ampleur relative de ces tendances par secteur et par région et sur l’horizon prévisionnel de leur impact sur les fonctions, les niveaux d’emploi et les compétences.

Le rapport soulève un déclin de 980 000 emplois et un gain de 1,74 million d’emplois d’ici 2022. Cinq principales tendances ayant un impact positif sur la croissance jusqu’en 2022 sont toutes liées à la technologie.

  • Adoption croissante de nouvelles technologies
  • Augmentation de la disponibilité du Big Data
  • Progrès de l’internet mobile
  • Progrès en intelligence artificielle
  • Progrès de la technologie infonuagique

Même si la technologie est de plus en plus présente et encourage la croissance des entreprises, cela ne signifie pas pour autant qu’elle remplacera l’humain.

Parmi les autres facteurs, on peut citer…

  • l’évolution de la croissance économique nationale,
  • l’expansion de la richesse dans les économies en développement,
  • le développement de l’éducation,
  • les progrès de l’énergie nouvelle et
  • l’expansion de la classe moyenne.

Création de nouveaux emplois, augmentation des emplois existants, l’adoption de nouvelles technologies favorise la croissance des entreprises. Toutefois, cette croissance est conditionnelle au fait que l’entreprise puisse pleinement profiter des talents d’une main-d’œuvre motivée et agile, dotée de compétences évolutives pour tirer parti des nouvelles opportunités grâce à une formation continue. Selon les entreprises interrogées, 54 % des employés auraient besoin de revoir leurs compétences pour répondre aux besoins à venir. Au total, 38 % des employeurs interrogés par le WEF s’attendent à de nouveaux rôles «améliorant la productivité». En outre, 25 % ont déclaré que les nouveaux rôles découleraient des technologies d’automatisation.

En comparaison aux résultats du rapport du WEF présenté en 2017, la «pensée analytique et l’innovation» conserve la première place des compétences les plus recherchées par les employeurs, alors que les «stratégies d’apprentissage actif et d’apprentissage» et la «créativité, l’originalité et l’initiative» progressent pour compléter le trio de tête.

La maîtrise des nouvelles technologies ne représente qu’une partie de l’équation des compétences de 2022. Les compétences «humaines» telles que la pensée critique, la persuasion et la négociation conserveront ou augmenteront leur valeur, de même que l’attention portée aux détails, la résilience, la flexibilité et la résolution complexe de problèmes. L’intelligence émotionnelle, le leadership et l’influence sociale, ainsi que l’orientation vers les services, devraient également connaître une augmentation particulière de la demande par rapport à leur importance actuelle.

**

***Une approche globale de la planification des effectifs, de la requalification et de l’amélioration des compétences sera la clé d’une gestion positive et proactive de ces tendances***.

Sources:

The Future of Jobs Report 2018, Insight Report, Centre for the New Economy and Society, 17 septembre 2018

VESSELINA, LEOPOLD, 5 things to know about the future of jobs, World Economic Forum, 17 septembre 2018

Interne: "Conçois ta propre classe": imaginer une classe d'apprentissage actif, façon UQAM
Nouveaux modèles d’apprentissage chez les travailleurs à l’ère du numérique

Exprimez-vous !

*