Enseigner, c’est aussi raconter des histoires

J’arrive enfin à parcourir le dossier « Raconter au XXIème siècle » publié dans le Thot Cursus la semaine précédant Noël 2018…  Certains le savent, j’ai un intérêt particulier pour ce sujet, mais je demeure également convaincu de la valeur pédagogique des récits et du racontage.

« Intégrer des histoires dans un cours dépend du contexte de la classe et des matières enseignées mais il est presque toujours possible de trouver un angle d’approche sous la forme d’une histoire. C’est plus souvent facile qu’on ne le croit. » (Vansnick, 2018)

Certains parleront de « storytelling » plutôt que de narrativité ou de racontage.  Le mot storytelling marque le caractère planifié et délibéré de cette pratique.  Peu importe ce qui est raconté dans le cadre d’un cours, on le raconte pour une raison et avec un objectif…

« Si le storytelling est aussi un outil professionnel, alors, il existe des méthodes, des processus pour en faire des histoires efficaces en fonction de leurs destinataires. Le premier mis en avant ici correspond à une simplification de l’histoire par l’usage de modèles…» (Gignard Legros, 2018)

Dans le cas qui nous intéresse, l’objectif du récit est presque toujours de faire apprendre quelque chose…  Mais d’autres caractéristiques des récits sont à considérer d’un point de vue pédagogique…

  1. Les histoires donnent du sens
  2. Les histoires transmettent des émotions
  3. Les histoires retiennent l’attention
  4. Une histoire est plus facile à partager (Vansnick, 2018)

Il possible de se servir d’outils développés par différents spécialistes à travers le temps pour aider à structurer les récits que l’on utilisera en classe.  Le schéma actanciel de Greimas est l’un de ces outils.

« La recherche d’invariants, voire de « recettes » quand il s’agit de création peut choquer et surprendre. Elle parcourt pourtant toute l’histoire de la littérature et notamment la période classique. Si la même structure se retrouve dans une série sans prétention et un chef-d’œuvre de la littérature, c’est que la création ne se limite pas à ces aspects. De la même façon, les règles de composition d’une image sont respectées par Rubens et par des affiches publicitaires, mais nous n’aurions pas l’idée de les confondre. » (Duriez, 2018)

Différents types de récits portent différents messages.  Il importe donc de bien choisir le véhicule approprié pour la matière à transmettre…

« Au cours de ses aventures, le personnage peut transformer son environnement ou atteindre son objectif. Il peut aussi se transformer.  Yves Lavandier distingue récits d’intrigue et récits de caractère. Les premiers se concentrent sur l’action et les objectifs conscients des protagonistes. Les seconds insistent sur la transformation du personnage, sur son évolution. Les deux se confondent parfois. Une histoire peut mettre en scène un protagoniste dramatique, tourné vers l’action et les objectifs, et un protagoniste « trajectoriel » qui va évoluer et mûrir au cours de l’histoire. Billy Elliot est tourné vers un objectif : devenir danseur professionnel tandis que son père va vivre une trajectoire interne. »  (Durièz, 2018; nos emphases)

« Ces schémas permettent de donner de l’intelligibilité aux phénomènes qui se déroulent dans les organisations humaines par exemple, en marketing, en conduite du changement ou en gestion des carrières. Les entreprises se sont emparées de l’approche en particulier pour faciliter les récits de transformation en cours, encourager les acteurs de changement et les équipes qui ont besoin de sens. » (Cristol, 2018; notre emphase)

Les avantages de scénariser une formation sont nombreux :

  • tenir en haleine et maintenir la persévérance dans l’apprentissage,
  • offrir une trame de mémorisation facilitante,
  • simplifier le message, le réduire à l’essentiel,
  • donner à voir des étapes pour organiser son temps,
  • disposer d’une métaphore pour apprendre et créer de la connivence entre apprenants,
  • renforcer le sentiment de l’apprenant de vivre une expérience spécifiquement travaillée pour lui. » (Cristol, 2018)

L’art de bien scénariser s’applique aussi à la conception de documents multimédia…

« …[L]e numérique et en particulier le recours massif aux animations, clips ou vidéos renforce l’idée de scénarisation des savoirs. Le scénario pédagogique habituel décrivant l’objectif, la durée pour l’atteindre, le contenu, les activités pédagogiques respectives du formateur et de l’apprenant, les moyens à mettre en œuvre et la configuration de l’espace est bousculé. Il s’agit désormais de présenter les données avec toute la puissance émotionnelle du son et de l’image. Mais aussi de saisir la possibilité que l’apprenant soit pleinement un personnage de l’apprentissage qu’il vit, parfois même l’auteur, comme dans un livre dont on est le héros.

Mais il faut apprendre à faire court et à synthétiser, compte tenu des auditoires contemporains…

« Là, où les histoires d’hier tenaient dans les blocs, des livres de centaines de pages, aujourd’hui, elles tiennent dans un film de deux heures, une heure, une demie heure, cinq minutes. Il y a eu un glissement dans la l’importance hiérarchique entre le vecteur, le conteur, le comédien, le «startupeur», entre le contenu du message, son livre, son film, son projet, entre la quantité, long, moyen, court, extra court et le sens induit, la direction souhaitée par l’auteur.

Là où l’importance d’une histoire était le contenu jusque dans les années 90, depuis les années 2000, c’est le lien entre les divers morceaux de l’histoire, leurs structuration qui devient l’essentiel. Il s’agit d’un changement majeur. » (Gignard Legros, 2018)

Sources:

Cristol, Denis, « Raconter des histoires en formation avec le modèle actanciel digitalisé ». Thot Cursus, 17 décembre 2018

Durièz, Frédéric, « Raconter une histoire ! », Thot Cursus, 17 décembre 2018

Gignard Legros, Virginie, « Le conte (storytelling) comme outil de projection dans notre monde », Thot Cursus, 17 décembre 2018

Vansnick, Régis, « Raconter des histoires, un outil puissant pour la mémorisation », Thot Cursus, 16 décembre 2018

14 verbes pour s'aventurer dans le monde du multimédia
Stratégies pour enseigner quoi et comment apprendre... en plus de transmettre sa matière

Exprimez-vous !

*