Référentiel de compétences au 1er cycle selon le BCI

Inspiré des travaux de l’ADÉSAQ (Association des doyens des études supérieures au Québec), qui a produit et adopté en 2015 un référentiel similaire pour les études de cycles supérieurs, de même que des lignes directrices sur les attentes en matière de grades universitaires de premier cycle du Conseil d’assurance de la qualité des universités de l’Ontario, ce référentiel du BCI veut surtout servir de base de réflexion pour les universités québécoises:

« Il est important de souligner qu’il n’y a aucun caractère prescriptif ou obligatoire quant à l’utilisation de ce référentiel par les établissements universitaires. En fait, il appartient à chaque établissement de se l’approprier ou de s’en inspirer pour le développement de ses propres référentiels. Cet outil peut notamment soutenir les démarches des établissements en regard de la création, la révision et l’évaluation des programmes. »

[…]

« Il est à noter que les éléments de compétences et les différents types de savoirs ne sont pas nécessairement liés à une séquence à suivre ou à une hiérarchie particulière. Ils ne sont pas non plus limitatifs. En effet, certains programmes de premier cycle peuvent viser un approfondissement de certaines compétences et fixer des éléments de compétences et des savoirs à mobiliser complémentaires ou alors viser le développement d’autres compétences que celles identifiées dans le présent référentiel. »

Un des objectifs de ce référentiel était de distinguer les compétences qui relevaient d’un premier cycle universitaire de celles qui relèvent plutôt de l’ordre collégial.

« Dans un contexte où les savoirs déclaratifs sont disponibles partout, l’un des rôles de l’université est d’organiser et de structurer les savoirs. De plus, l’université offre une
« formation citoyenne » qui permet d’interpréter le monde dans différents contextes. À la fin de ses études, peu importe sa formation disciplinaire, le diplômé d’un grade de premier cycle devrait en principe être outillé pour notamment interpréter, expliquer, analyser et critiquer la réalité. Ce type de savoir-agir est le propre d’une formation universitaire. » (nos emphases)

Pour chaque compétence/ savoir-agir, on précise les éléments de compétences et les savoirs à mobiliser (savoirs/connaissances, savoir-faire/habiletés intellectuelles, savoir-être/qualités personnelles).  Les sept compétences de ce référentiel sont:

  1. démontrer une compréhension approfondie et intégrée des bases théoriques de sa discipline ou son objet d’étude afin d’exercer sa pensée critique et analytique ;
  2. démontrer une compréhension approfondie et intégrée des méthodologies propres à sa discipline ou son objet d’étude ;
  3. élaborer un raisonnement, une argumentation ou résoudre un problème à l’aide des concepts/méthodes/approches théoriques/ postulats appropriés de sa discipline ou son objet d’étude ;
  4. poser un regard critique sur ses connaissances et en évaluer les limites ;
  5. communiquer avec ouverture, clarté et précision, oralement et par écrit, pour différents auditoires ;
  6. démontrer des comportements professionnels et de citoyen responsable ;
  7. faire un usage efficient et critique des ressources numériques.

Source: 

« Compétences du 1er cycle universitaire », (Publication), CAPRES24 avril 2019

Bureau de coopération interuniversitaire, Les compétences attendues à la fin d’un grade universitaire de premier cycle (référentiel), adopté par le Comité des affaires académiques le 5 avril 2019, 13 p.

 

Un colloque sur l’enseignement des sciences et du génie
Le MIT et 8 universités veulent développer une infrastructure mondiale pour les diplômes numériques

Exprimez-vous !

*