Turnitin vendue pour 1,7 milliard $ US

Advance Publications, une compagnie privée de média, vient d’acquérir Turnitin pour une somme astronomique.

Turnitin est bien connue pour son logiciel de détection de similitudes dans le texte, mais la compagnie envisage de développer un logiciel de détection de plagiat dans d’autres domaines, comme le codage.  Elle possède également d’autres outils : Gradescope, pour la notation assistée par intelligence artificielle, et Lightside Labs, qui fournir automatiquement de la rétroaction sur les textes des étudiants.  Selon Chris Caren, directeur général de Turnitin, la prochaine étape pour la compagnie sera de devenir « a platform for colleges and high schools to submit all types of student assignments, digital or on paper. It would then use AI to help instructors review that work to, among other things, spot at-risk students and devise remediation plans. »

Selon Janine Shelffo, responsable de la stratégie et du développement chez Advance, la compagnie a commencé à investir dans des compagnies de données et d’analytiques.  Advance semble avoir très bien senti que le vent se tourne du côté de l’analyse prédictive et l’apprentissage adaptatif pour personnaliser les apprentissages et en améliorer les résultats mais que, comme ces technologies de pointe sont fort coûteuses, elles ont plus de chances de pénétrer le milieu éducatif si elles sont associées à des outils qui répondent à des besoins jugés plus criants par les enseignants dans un contexte où la taille des groupes-cours est en augmentation et les budgets en baisse : détecter le plagiat et accélérer la correction,.

Des inquiétudes fondées?

Si on en croit Chris Caren, 34 millions d’étudiants (15 000 écoles et collèges/universités dans 153 pays) utilisent les produits de Turnitin.  C’est beaucoup d’informations sur les étudiants qui sont ainsi recueillies et échangées pour que les produits soient efficients.  L’acquisition de Turnitin par Advance fait craindre à certains des écarts dans l’utilisation des données privées.

Pour James Wiley, analyste principal en technologie chez Eduventures, une organisation de recherche et de conseil dans le domaine de l’enseignement supérieur : « It’s one thing, he said, to use students’ work internally to refine products. It’s another to use it externally in pursuit of further sales and marketing opportunities. »

Sean Michael Morris, directeur de l’apprentissage numérique à l’Université de Mary Washington et critique de longue date de Turnitin « worries that Advance could mine its new database of student work in order to create marketing campaigns targeted at students. »

Advance et Turnitin ont tous les deux déclaré que ce forage dans les données n’était pas dans leurs plans.

Enfin, pour Michael Feldstein, un consultant en technologies éducatives, le recours à la technologie pour évaluer les apprentissages pose des questions fondamentales en pédagogie.

Source

McMurtrie, Beth.  Plagiarism-detection firm to be sold for US1,7 billionUniversity World News.  8 mars 2019.

Scandale des admissions aux États-Unis: réflexions sur l'accessibilité aux études des deux côtés de la frontière
Les impacts négatifs de l'IA sur la formation pratique

Exprimez-vous !

*