Les universités sont-elles au diapason des attentes de la prochaine génération d’apprenants?

L’Éveilleur traite depuis quelques années des défis que représente la formation des générations Y et Z («Enseigner aux Y et aux Z: médiations numérique et culturelle pour résoudre plusieurs paradoxes»).  La génération montante, celle des Z (14-23 ans), baigne depuis l’enfance dans la technologie.  Elle aurait développé une perception du monde et des habitudes d’apprentissage assez différentes de celles de la génération précédente, Y ou millénariaux (24-40 ans).

Pearson (éditeur pour le milieu de l’éducation) s’intéresse lui aussi à ces générations et a cherché à savoir quelles étaient les similitudes et différences des uns et des autres en matière de formation. Pearson a commandé une étude menée par Harris Poll, une firme d’études de marché d’envergure internationale. L’enquête a été réalisée en ligne et a rejoint plus de 2 500 répondants âgés de 14 à 40 ans.  L’étude révèle entre autre que :

  • 63 % des Z place la vidéo au premier rang des outils d’apprentissage, tandis qu’un pourcentage similaire des Y considèrent plutôt la lecture comme étant le meilleur moyen pour apprendre.
Extrait d’une infographie produite par Pearson

Autres différences intéressantes :

  • seulement 26 % des Z disent préférer la formation à distance, contrairement à 45 % des Y.
  • 60 % des Z se disent altruistes et prêts à aider plus défavorisés qu’eux, contrairement à 48 % des Y.

Du côté des ressemblances, il y a une bonne nouvelle pour les institutions d’enseignement supérieur :

  • une majorité des Y et des Z croit en la valeur et en l’importance de la formation supérieure (80 % des Z et 74 % des Y).

Nos universités et nos collèges sont-ils prêts à recevoir cette nouvelle génération d’étudiants qui apprend sur YouTube, apprécie moins la formation à distance que la précédente et cherche davantage à aider son prochain?

Source: Ascione, Laura, «Higher-ed leaders: here’s how generation Z learns best», eCampus News, 15 février 2019.

Vers un réseau d'universités européennes?
Des programmes "par blocs" : un modèle qui gagne du terrain

Exprimez-vous !

*