Tendances internationales de la recherche en intelligence artificielle

Un rapport publié par le groupe Elsevier en lien avec le sujet cité en titre a attiré mon attention.  Le document, bien étoffé (90 pages!), brosse un portrait des principales initiatives de recherche en cours à travers le monde ainsi que des tendances en lien avec le déploiement de différentes applications de l’IA.

Le rapport est divisé en 5 chapitres:

  1. Identifying Artificial Intelligence research
  2. Artificial Intelligence: a multifaceted field
  3. Artificial Intelligence research growth and regional trends
  4. Artificial Intelligence education
  5. The imperative role of ethics in Artificial Intelligence

Voici quelques constats tirés du rapport, qui présentent un aperçu des préoccupations actuelles des chercheurs et de la situation de la recherche sur le sujet dans le monde :

  • La recherche en IA s’intéresse principalement aux thématiques suivantes: recherche et optimisation, systèmes flous, traitement du langage naturel et représentation des connaissances, reconnaissance visuelle, apprentissage machine et raisonnement probabiliste, planification et prise de décision ainsi que les réseaux neuronaux.
  • Les impacts de l’intelligence artificielle sur la société, en particulier dans des domaines d’application tels que les sciences de la santé, l’agriculture ou les sciences sociales sont reflétés par une couverture accrue du domaine dans les médias, ce qui témoigne du grand intérêt du public pour le sujet.  L’éthique n’est pas encore fortement reflétée dans le corpus de recherche, bien que de récentes conférences et publications révèlent un intérêt croissant pour cette discipline.
  • La recherche en IA a connu une croissance annuelle de 5,3 % au cours de la dernière décennie et de 12,9 % au cours des cinq dernières années, en faisant un objet de compétitivité internationale.  En parallèle, les initiatives de collaboration internationale s’intensifient.  L’Europe reste le principal acteur de la recherche sur l’IA malgré les ambitions de la Chine, tandis que les États-Unis (et le Canada) tendent à encourager les collaborations entre le secteur privé et les universités.
  • La Chine aspire à devenir le leader mondial en recherche sur l’IA et met en place des politiques agressives pour en accélérer le développement, notamment en lien avec la reconnaissance visuelle et les systèmes flous. Le nombre croissant de chercheurs en intelligence artificielle en Chine suggère également un environnement attrayant et l’impact des citations s’accroît également. Toutefois, comparativement à d’autres régions, la recherche en Chine semble avoir une portée surtout régionale.
  • L’Europe est la région qui produit le plus de publications savantes en lien avec l’IA, avec des niveaux élevés et croissants de collaborations internationales hors d’Europe. Cependant, l’Europe semble avoir perdu des talents en IA ces dernières années, en particulier dans les universités.
  • Les entreprises aux États-Unis cherchent à attirer les talents et le pays demeure un leader en recherche, possiblement en raison de leur tradition de collaboration intersectorielle. Le secteur universitaire est également solide, tant sur le plan de la production savante que sur celui de la rétention des talents.
  • Parmi les autres pays clés de la recherche sur l’IA, notons l’émergence rapide de l’Inde, qui est aujourd’hui le troisième producteur mondial de publications sur l’IA après la Chine et les États-Unis.

Le rapport complet peut être téléchargé sur le site d’Elsevier cité ci-dessous (après avoir complété un formulaire).

Source: Artificial Intelligence: How knowledge is created, transferred, and used. Elsevier, 2018.

Interne: Espace 4 à Concordia, une vitrine pour la recherche
Les revers des MOOC documentés dans Science

Exprimez-vous !

*