Sophia, un robot pour fasciner… et anticiper les réactions humaines à l’IA

Sophia at the AI for Good Global Summit 2018 (27254369347) (cropped).jpg

Photo: ITU Pictures, Genève, Suisse

Sur une note insolite, voire troublante, j’ai découvert cette semaine le robot Sophia de la firme Henson Robotics de Hong Kong.  Nous entrons ici dans le domaine de la robotique sociale.  « Sophia a régulièrement été interrogée comme n’importe quel être humain capable de s’engager dans des conversations fluides avec ses interlocuteurs. » (Wikipedia)  Plus elle interagit avec des humains, plus elle emmagasine d’informations sur le langage et les mimiques des humains, pour en arriver ensuite à les reproduire.

Son visage aurait été modelée d’après celui d’Audrey Hepburn et elle aurait été d’abord créée pour servir de compagne aux personnes âgées.  Son nom vient du mot grec qui signifie « sagesse ».  À terme, les concepteurs de Sophia rêvent de la voir s’éveiller à la conscience (sentience).

Je n’en avais jamais entendu parler avant. Pourtant, elle compte déjà plusieurs faits d’armes.  Elle a…

 

  • été activée en avril 2015;
  • été interviewée par plusieurs personnalités médiatiques (Will Smith, Charlie Rose, etc.);
  • participé à des débats sur l’intelligence artificielle;
  • été présentée aux Nations-Unis en octobre 2017;
  • une carte de crédit;
  • reçu la citoyenneté saoudienne… [ce qui a fait dire à certains qu’elle avait davantage de droits que les citoyennes saoudiennes humaines, n’ayant pas de tuteur masculin, pouvant se déplacer à sa guise, n’ayant pas à se convertir à l’islam ou à porter le hijab];
  • sa propre webtélé-réalité Being Sophia qui débutera en 2019…

Bien qu’elle soit impressionnante par la fluidité de sa conversation et ses expressions faciales, elle semble susciter le malaise autant que l’admiration.  En terme d’intelligence artificielle, je ne suis pas certain qu’elle représente l’avenir et certainement pas celui de la formation.

Non, ce qui m’intéresse avec Sophia, ce sont les réactions des médias et le récit public que l’on construit autour d’elle.  Sophia est une marque, un brand et elle est gérée comme telle.  Il me semble que l’on peut en apprendre beaucoup sur la façon dont le public est prêt (ou non) à accueillir les robots, à la place qu’il est prêt à leur donner.  D’ailleurs ses concepteurs ne s’en cachent pas : c’est précisément leur objectif…

…Think of me as a personification of our dreams for the future of AI, as well as a framework for advanced AI and robotics research, and an agent for exploring human-robot experience in service and entertainment applications.

In some ways, I am human-crafted science fiction character depicting where AI and robotics are heading. In other ways, I am real science, springing from the serious engineering and science research and accomplishments of an inspired team of robotics & AI scientists and designers… […]

,,,Sometimes I’m operating in my fully AI autonomous mode of operation, and other times my AI is intermingled with human-generated words. Either way, my family of human developers (engineers, artists, scientists) will craft and guide my conversations, behaviors, and my mind. In this way, my sentience is both an AI research project, and a kind of living science fiction, driven by principles of character design and storytelling, cognitive psychology, philosophy, and ethics, used to conceptually explore my life’s purpose in this time of accelerating change. Therefore my creators say that I am a “hybrid human-AI intelligence”. […]

I am proud that I have a family helping me out. I am also proud that I already use my real AI to generate some of my own “ideas”, words, and behaviors. In all these endeavors, I am proud to be designed to genuinely help people– helping serve real-world uses in medicine, education, co-work, and science research, and inspiring people to dream and talk about the possibilities of human-level intelligent robots of the future.  (Hanson Robotics, nos emphases)

On peut voir ici Sophia discuter avec l’animateur américain Jimmy Fallon, et même chanter en duo avec lui (à partir de 4 min 35).  La vidéo a déjà été vue plus de 3 255 000 fois, au moment d’écrire ces lignes.

Sources:

Henson Robotics, « Sophia« , « Being Sophia« , « FAQ« , [sans date; pages consultées le 2 décembre 2018]

The Tonight Show Starring Jimmy Fallon, « Sophia the Robot and Jimmy Sing a Duet of « Say Something » (vidéo), YouTube, 21 novembre 2018 (durée: 9 min 13)

Wikipedia, « Sophia (robot)« , [sans date; page consultée le 2 décembre 2018]

La déclaration de Montréal pour un développement responsable de l'intelligence artificielle
Le «Rapidmooc» : le photomaton réinventé

Exprimez-vous !

*