Améliorer l’accessibilité aux études grâce à l’intelligence artificielle?

Si je me fie à mes différentes sources ainsi qu’aux échanges que je peux suivre sur les différents réseaux sociaux auxquels je suis abonné, l’accessibilité est devenue une tendance lourde avec laquelle les universités doivent composer pour améliorer leur offre de formation.

Après l’avènement du web, les avancées en intelligence artificielle (IA) promettent de démocratiser davantage l’accès aux études en offrant des possibilités jusqu’ici inattendues, notamment auprès des étudiants en situation de handicap.  Pensons seulement au développement de la reconnaissance visuelle et auditive arrimées à des assistants intelligents qui peuvent soutenir les étudiants dans leurs projets d’études.  De même, les avancées en reconnaissance du texte et de la voix dans les produits commerciaux peuvent s’intégrer aux environnements numériques d’apprentissage (ENA) utilisés sur les campus.  De telles avancées pour les téléphones intelligents et les assistants personnels que l’on utilise à la maison ouvrent la porte à des solutions éducatives à plus grande échelle.

Une entrevue avec Tom Livne, PDG de la firme Verbit qui se spécialise dans la transcription automatisée de vidéos, a attiré mon attention en lien avec le sujet en titre.  Celui-ci souligne que les universités publiques aux États-Unis adoptent progressivement différentes solutions technologiques leur permettant de respecter les règles issues du Americans with Disabilities Act (ADA).  Cette réglementation oblige depuis 2016 les institutions financées par le gouvernement fédéral américain à offrir des services de sous-titrage et de descriptions audio associées au matériel diffusé électroniquement.

Un exemple présenté par Livne consiste à offrir plus de flexibilité aux étudiants qui suivent un cours à distance et qui désirent accéder au verbatim d’une séance de cours, produit automatiquement par un algorithme spécialement conçu pour accomplir cette tâche:

EDTECHWhile the benefits that offerings like AI-enabled transcription provide for disabled students are clear, how can universities open these tools to the wider campus population to get the most impact from their investment?
LIVNE: Well, in the case of transcription, these tools can be a great help for students who may need to miss a class or are unable to be physically present.  For example, let’s say you are a distance learner: Would you prefer to have to listen to an entire lecture, or be able to read the important details? I would say it is much faster and easier to have the text in front of you, especially if the copy is digital, enabling easier search tools to find key pieces of information. By using reliable, AI-enabled tools, distance students are able to have a new level of flexibility in their learning.

Livne admet toutefois que ces services sont dépendants de la qualité des données disponibles, surtout le son capté par les appareils ou les solutions logicielles qui enregistrent la portion audio:

EDTECHWhat are some of the difficulties universities might face in adopting AI services, and how do they overcome them?
LIVNE: I would say the two main challenges are ensuring the quality of the data being input into the tool and how to store and process data to offer frictionless access and easily integrate the solutions into the larger network. In the case of transcription, the data being input for analysis is the audio, and no amount of AI will be able to transcribe poorly recorded audio. So, investing in proper audio and video recording tools are essential. This also means offering teaching services and tutorials to users to ensure they understand the correct processes in order to make sure they are using these solutions properly to get the most out of them.

À lire!

Source: Zimmerman, Eli. Q&A: Tom Livne on how AI-Enabled Tools Can Help Boost Accessibility on Campus. EdTech, 28 novembre 2018.

Cirt@ 2018 : rapport d'étonnement 2/2
Des nouvelles de l'impression 3D (ou La 'révolution' aura-t-elle lieu?)

Exprimez-vous !

*