Les pours et les contres du iPad en éducation

À la veille de la livraison du iPad aux États-Unis, deux articles publiés sur The AppleBlog, un blogue britannique, relèvent dans un premier temps beaucoup d’inconvénients à munir des élèves d’un iPad: Why Apple’s iPad Can’t Succeed in Schools (Yet).

Le coût de l’appareil vient au sommet de la liste. L’exemple cité calcule la somme qu’une toute petite école primaire devrait allouer si elle souhaite doter chacun de ses élèves de l’appareil.  Par exemple : 300 enfants = tout près de 150 000$. Ensuite, l’auteur fait état de la disponibilité et encore du coût des applications éducatives.

The reason for this comes down to two simple factors; Cost, and What’s Best for the Kids. It seems more educational titles are available at lower prices on Windows than on Mac OS X. And, outside school, the kids encounter more Windows PCs than Macs.

Enfin, les aspects simplement technologiques de l’appareil ramènent des considérations toutes simples comme l’alimentation électrique en classe, les mises à jour logicielles, les bris d’écrans (du verre, c’est fragile!) et le vol. Ce point est particulièrement frappant :

No one ever wanted to rob a kid from my school. The only thing we ever carried in our bags was biology books and the occasional Thundercats pencil case. But what if my school handed-out iPads to its pupils? Overnight, the school uniform would become an advertisement to any would-be criminal; “mug this kid – expensive computer on-board.”

Bref, du point de vue de l’auteur, nous sommes encore loin de la solution rêvée pour les élèves du primaire ou du secondaire.

Le deuxième article, Pros and Cons of the iPad in Education, nuance les aspects négatifs du iPad avec une liste de pours et de contres :

  1. Un appareil très léger avec une longévité de la pile considérable;
  2. Un fourre-tout numérique pouvant contenir plus de documents qu’un simple sac d’école pourrait en compter durant tout sa vie matérielle;
  3. La commodité d’usage, car le iPad peut se tenir plus facilement dans les mains qu’un portable
  4. Le iPad ne constitue pas nécessairement un mur entre l’étudiant et l’enseignant, contrairement à l’écran d’un portable.
  5. L’absence du multi-tâches du iPad peut favoriser la concentration…

Il constate néanmoins des contres :

  1. L’absence de caméra. L’auteur souligne qu’il peut être parfois utile de pouvoir photographier des figures présentées à l’écran ou dans un volume.
  2. L’absence d’une application native pour recueillir écrire des équations, des notes, des citations et constituer des bibliographies. Probablement des développeurs verront ici un filon fort intéressant.

Beaucoup d’auteurs ont écrit sur les possibilités qu’offre l’appareil en éducation à l’annonce du iPad en janvier 2010. Il est fort probable qu’avec la livraison de la tablette cette fin de semaine, les commentaires fuseront sur les expériences qui suivront dans les prochains mois.

L'édition électronique ouverte très active en France
La fin des blogues?

Exprimez-vous !

*