Ressac sur les cours en ligne obligatoires à l’Université Laval

Le Journal de Montréal rapportait vendredi dernier que des étudiants de l’Université Laval dénoncent l’obligation de suivre certains cours en ligne alors qu’ils s’attendaient à suivre un programme en présentiel. Une étudiante de première année en communication avec 4 cours en ligne sur 5 à la prochaine session dit regretter d’avoir signé un bail à Québec dans ces conditions. Un étudiant en sciences des religions dit regretter la perte de contact avec les professeurs et leur expertise, craignant d’avoir ainsi une éducation de moindre qualité. Des associations étudiantes sont saisies du dossier.

Par ailleurs, la direction de l’Université souhaite éviter les cours en ligne obligatoires dès la première année d’études et précise que la situation est exceptionnelle et qu’elle travaille avec les directions de faculté pour résoudre ces situations.

Il ne faut pas en conclure que l’insatisfaction est généralisée puisque d’autres étudiants sont au contraire très heureux d’avoir davantage accès à des cours en ligne et y voient de nombreux avantages. Entre une classe bondée de 150 personnes et la quiétude de son domicile avec des vidéos que l’on peut revoir à sa guise et à son rythme, sans distractions, le choix est facile selon un étudiant en génie logiciel.

Analyse

Il semble qu’un des problèmes de base est l’écart entre les attentes des étudiants et la réalité du programme. Est-ce que tous les efforts raisonnables ont été faits pour que les étudiants soient au courant des cours en ligne obligatoires avant de s’inscrire? Est-ce que les étudiants ont regardé attentivement les modalités du programme avant de s’y inscrire?

Source

Dion-Viens, Daphné (2018) Des étudiants forcés de suivre des cours en ligne à l’Université Laval. Le journal de Montréal. 16 février 2018.

 

Les succès des MOOC
Les conséquences sociales de l'accumulation de tares universitaires

Exprimez-vous !

*