Utiliser le nuage et le Web 2.0 en éducation au Canada: est-ce légal?

Le blogueur Tony Bates présente la question d’un professeur de l’Université Meritus ainsi que des éléments de réponse à celle-ci obtenu de la part de Tony Vincent, propriétaire du site Learning in Hands (que je vous ai présenté dans un billet précédent) en lien avec le problème de la propriété du matériel pédagogique déposé sur des serveurs externes.  Certains services d’applications de soutien universitaire incluraient dans leurs ententes de service une clause obligeant leurs usagers à leur accorder le droit de récupérer et de réutiliser ce matériel sans restriction.  Qu’en est-il vraiment dans la pratique?

Le sujet est complexe et pose des questions fondamentales.  Par exemple, il est pratiquement impossible de garantir la sécurité ou l’intégrité des données versées sur des plates-formes qui ne seraient pas directement sous la juridiction d’une institution permettant à son personnel et ses étudiants d’utiliser des services externes dans le cadre d’activités pédagogiques ou de recherche.  Et que dire de la vie privée des usagers?  Cité en exemple par l’auteur ainsi que des commentateurs de l’article, le « Patriot Act » aux États-Unis donne beaucoup de latitude aux autorités qui ont tout le loisir d’examiner, sur demande ou pas, les données hébergées sur un serveur en sol américain.

Il serait important de savoir ce qu’en pensent nos décideurs, et de voir à inclure des balises à ce sujet dans une éventuelle politique en lien avec la formation en ligne, incluant possiblement des recommandations sur  l’utilisation ou non de services externes visant la recherche et les collaborations reliées.

Samsung annonce son eReader: le marché du lecteur numérique se positionne face au iPad
Cette semaine, lisez un livre numérique!

Exprimez-vous !

*