« Tout nous ramène à l’éducation » (rapport du Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation)

Il s’agit d’un extrait de la déclaration de Monique F. Leroux, présidente du Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation (CCEI) qui a déposé son rapport le 25 septembre dernier.  Le conseil est formé de 32 « leaders socioéconomiques du Québec », dont trois représentants du milieu universitaire (Luce Samoisette de l’UdeS, Michel Patry de HEC et Angélique Mannella de McGill).

Le rapport propose une douzaine de recommandations réparties en quatre grandes thématiques:

  • développer le talent et les compétences de base des québécois,
  • stimuler la naissance et la croissance des entreprises,
  • miser sur les forces du Québec,
  • bâtir notre avenir sur des fondations modernes et solides.

Le CCEI recommande de faciliter l’entrée en emploi des jeunes diplômés et l’enracinement des étudiants internationaux par l’offre d’un nombre croissant de stages et d’emplois réservés à la relève.

Le Conseil recommande de « créer au Québec le plus important écosystème d’intelligence artificielle en Amérique du Nord » pour lequel il estime que la province devrait investir 100 millions $ sur 5 ans. Le secteur des énergies propres et plus particulièrement l’électrification des transports ainsi que la relance du secteur forestier sont également ciblés.

L’une des recommandations touche spécifiquement la relation entre les entreprises et les centres de recherche appliquée et est susceptible d’avoir un impact direct sur l’organisation de la recherche universitaire si elle venait à être mise en place par le gouvernement.

« L’analyse du Conseil a mis en lumière une relation peu productive entre les entreprises et les centres de recherche appliquée. D’un côté, des entreprises voient l’innovation comme une activité non prioritaire et de l’autre, des centres de recherche appliquée, largement subventionnés, ne sentent pas la nécessité d’aller chercher des contrats et de les mener à terme. »

Pour « refonder » cette relation, le Conseil recommande notamment

  • d’instaurer une gouvernance centralisée des centres de recherche appliquée où les entreprises assumeraient un leadership;
  • de regrouper certains centres pour accroître leur masse et leur expertise;
  • d’imposer un niveau d’autofinancement minimal de 50 % aux centres de recherche.

Alors que plusieurs recommandations « nous ramènent à l’éducation », force est de constater que les recommandations du CCEI, si elles sont mises en oeuvre, pourraient avoir des impacts majeurs sur l’organisation de la recherche appliquées dans le milieu universitaire.

Sources:

Investissement Québec. 2017. Le Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation présente son rapport. 25 septembre.

Site du conseil: http://www.ccei.quebec/fr/

L'art moribond du désaccord intellectuellement enrichissant
L'engagement, le nouveau contrat social des universités

Exprimez-vous !

*